Source ID:fb16e4ec-f02f-43d3-993d-cacea44a30a3; App Source:alfamedia
Exclusif

Studio Mel's était en grande difficulté avant d'être vendue à Québecor

En juin 2014, l'offre de 35 millions de... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

En juin 2014, l'offre de 35 millions de la société américaine Clearlake Capital pour acheter Vision Globale a été bien accueillie chez Investissement Québec, mais c'est finalement Québecor qui a mis la main sur l'entreprise en offrant 50 millions.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Avant d'être vendue à Québecor, l'entreprise Vision Globale (anciennement Studio Mel's) traversait une situation financière très difficile et les relations étaient tendues avec Investissement Québec (IQ), actionnaire minoritaire (25,9 %).

Le bras investisseur du gouvernement a dû faire un suivi serré de l'entreprise de studios de cinéma durant toute l'année 2014 pour assurer sa survie, est-il indiqué dans les documents d'IQ. Pendant plusieurs mois, Investissement Québec a cherché à imposer un directeur général à Vision Globale pour épauler son actionnaire de contrôle (Mathieu Lefebvre), critiqué pour son « manque de focus ».

Un financement de 2,5 millions était même conditionnel à la venue d'un directeur général, mais il a avorté, en février 2014.

En juin 2014, l'offre de la société américaine Clearlake Capital pour acheter Vision Globale a donc été bien accueillie, après plusieurs mois de recherche d'un sauveur. Tant le conseil d'IQ que Mathieu Lefebvre préféraient cette offre à celle de Québecor, également sur la table.

La résolution du conseil d'Investissement Québec pour étudier l'offre de Clearlake est éloquente. « Attendu que les relations entre les actionnaires institutionnels et l'actionnaire majoritaire sont très mauvaises [...] Attendu que l'entreprise a besoin d'une nouvelle direction afin de renouer avec la rentabilité, et ce, rapidement... », est-il écrit au procès-verbal du 16 juin 2014.

35 MILLIONS

Clearlake proposait d'investir 35 millions dans les activités de Vision Globale, en plus de « maintenir le siège social au Québec et un certain niveau d'emplois ». La transaction procurait un rendement de 28,3 % à IQ, selon le même procès-verbal.

Toutefois, pour une raison inexpliquée dans les procès-verbaux, le processus de vente ne s'est pas conclu avec Clearlake. À l'époque, les médias avaient fait état de l'intervention du député Pierre Karl Péladeau auprès du ministre responsable, Jacques Daoust, pour favoriser l'offre de Québecor. Cette intervention du 2 juillet avait été précédée par une autre, deux mois plus tôt, directement auprès d'un cadre d'IQ.

Quoi qu'il en soit, le 28 juillet 2014, le procès-verbal de la réunion d'IQ indique qu'un directeur général a finalement été nommé chez Vision Globale, mais qu'IQ doit ajouter un million de dollars « pour stabiliser l'entreprise ».

Par la suite, des négociations ont été entreprises avec Québecor, à qui une exclusivité a été accordée jusqu'à la fin de septembre. L'entreprise a fini par offrir 50 millions pour les actifs de Vision Globale, en plus d'assumer les dettes à long terme, incluant le prêt de 5,0 millions d'IQ, est-il indiqué au procès-verbal de la fin d'octobre 2014.

Le conseil d'administration d'Investissement Québec se fait alors confirmer par un haut dirigeant d'IQ « l'absence de droit qu'aurait la firme Clearlake par rapport à l'offre initiale qui avait été retenue ». La vente à Québecor Média est donc officiellement autorisée.

C'est finalement le Groupe TVA, filiale de Québecor Media, qui conclut la transaction, le 30 décembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer