Michael Sabia s'interroge sur la décision de St-Hubert

Le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, dit... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, dit «ne pas comprendre totalement» la décision du propriétaire de la chaîne Saint-Hubert, Jean-Pierre Léger, de vendre son entreprise à l'Ontarienne CARA.

La vente de joyaux de l'économie québécoise à des intérêts étrangers a soulevé plusieurs questions lors de l'étude des crédits du ministère des Finances, à laquelle a participé M. Sabia mardi. Il a relevé que les profits de Rona étaient en baisse depuis un bon moment. Mais sur la vente des restaurants Saint-Hubert, il a avoué être perplexe devant la décision de la direction de vendre à des Ontariens.

«Nous avions bien répondu à la demande de M. (Jean-Pierre) Léger, a précisé M. Sabia en point de presse par la suite. Il était venu nous voir il y a des mois, pour qu'on fasse une offre à 40 ou 45 %, une position importante mais quand même minoritaire. On a également travaillé avec d'autres personnes du milieu des affaires. On a répondu à toutes ses demandes mais en fin de compte il a décidé de vendre à la société CARA, c'est son droit.» 

«Il a le droit de vendre sa société, ce n'est pas approprié pour la Caisse de dépôt de juger, mais on avait répondu pleinement à toutes ses questions, à toutes ses demandes. On a essayé de tout faire dans les circonstances mais il a pris sa décision», d'ajouter M. Sabia.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer