Source ID:; App Source:
Exclusif

Rosemont veut être le leader de l'économie collaborative

Dans les environs de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (en photo),... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE)

Agrandir

Dans les environs de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (en photo), où le stationnement est problématique, ou encore du stade Saputo, lors des matchs de l'Impact, des propriétaires pourraient louer leurs espaces de stationnement.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE

Alors que le débat fait rage sur la légalité des services de transport et d'hébergement entre particuliers, comme Uber et Airbnb, l'arrondissement de Rosemont veut encourager le développement de l'économie collaborative et devenir un précurseur dans ce domaine.

Pour permettre et encadrer la location entre particuliers de stationnements, d'espaces d'entreposage et de terrains cultivables, le conseil d'arrondissement se prépare à modifier certains règlements municipaux.

«Actuellement, il y a un flou dans la réglementation municipale, qui nuit aux investissements et aux innovations dans le domaine de l'économie collaborative, souligne Guillaume Lavoie, conseiller de Projet Montréal dans Rosemont, qui est à l'origine de cette initiative. Le monde des affaires a horreur du flou, parce que ça représente un risque potentiel.»

Des applications existent

Des applications existent déjà pour permettre à des propriétaires de louer leur stationnement à d'autres automobilistes quand ils ne s'en servent pas - par exemple, s'ils se rendent travailler tous les matins en voiture, ou s'ils sont absents la fin de semaine.

Certaines de ces plateformes sont implantées à Montréal, mais sont encore peu utilisées. Dans les secteurs où les règlements de zonage prévoient un usage résidentiel, de telles transactions entre particuliers pourraient faire l'objet de sanctions, au motif que ce sont des activités commerciales, permises seulement là où le zonage l'autorise, note Guillaume Lavoie.

Même chose pour un propriétaire de garage qui voudrait offrir de l'espace d'entreposage à ceux qui en ont besoin, ou pour un lopin de terre qui serait proposé en location aux amateurs de jardinage.

C'est pourquoi M. Lavoie proposera au prochain conseil d'arrondissement, le 7 décembre, d'ouvrir clairement la porte à ces nouveaux modes de consommation. Et ensuite, de faire les modifications nécessaires aux règlements municipaux.

«On veut encourager ce type d'échanges, mais aussi les encadrer, explique le conseiller. Par exemple, le partage d'espaces de stationnement pourrait fonctionner dans des secteurs où les propriétaires ont des entrées d'auto en façade, mais ça ne serait peut-être pas une bonne idée dans une ruelle où beaucoup d'enfants jouent.»

Il donne l'exemple de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, où le stationnement est problématique, ou encore du stade Saputo, lors des matchs de l'Impact. «Est-ce qu'on doit vraiment agrandir encore ces stationnements, alors que des centaines d'entrées privées sont disponibles dans le secteur, dont le potentiel pourrait être utilisé?»

Comme les élus de Projet Montréal sont majoritaires au conseil de Rosemont, l'initiative devrait être approuvée sans problème.

Une nouvelle approche

Les gouvernements doivent changer leur approche face aux initiatives d'économie collaborative, qui favorisent le développement durable, selon Guillaume Lavoie. «Les pouvoirs publics ont le réflexe de tout faire pour préserver le monde d'avant, mais il faut reconnaître que cette tendance est en train de bouleverser la société et notre façon de consommer. On doit cesser d'analyser cette question en silos. L'encadrement d'Uber, par exemple, ne doit pas seulement relever du ministère des Transports, mais devrait faire l'objet d'une réflexion beaucoup plus large.»

L'Ontario est sur le point de légiférer pour permettre officiellement les services d'échange de maisons, de stationnements et de transport entre particuliers.

Au Québec, le ministre des Transports, Robert Poëti, et la Ville de Montréal estiment que les services d'Uber sont illégaux. Des chauffeurs reçoivent des contraventions et leurs voitures sont saisies.

Cette semaine, le Bureau de la concurrence a recommandé d'ouvrir le marché aux services de covoiturage payant comme Uber.

Quant aux particuliers qui louent des appartements sur des sites tels que Airbnb, Québec exigera qu'ils prélèvent la taxe sur l'hébergement et qu'ils obtiennent une certification, s'ils font de la location sur une base commerciale.

*****

Exemples d'applications qui offrent des services d'échange d'espaces de stationnement, d'espaces verts et d'entreposage.

Stationnement

Prkair

https://prkair.com/fr 

(présent à Montréal)

Parking Panda

https://www.parkingpanda.com/

Just Park (présent à Montréal)

https://www.justpark.com/

Rover (présent à Montréal)

https://roverparking.com

Terrains privés 

landshare.net

landshare.net

Entreposage 

Roost

https://roost.com/

TwiZimo (présent à Montréal)

https://www.twizimo.com/ 




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer