«Il n'y a aucune comparaison entre ce qui se passe en Grèce et la situation au Québec», a souligné mardi matin le ministre des Finances, Carlos Leitao.

Publié le 7 juill. 2015
DENIS LESSARD LA PRESSE

À son entrée à la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, le responsable des Finances a relevé que «la situation grecque est extrêmement particulière». La situation illustre ce qui se passe «si on laisse la dette aller, qu'elle devient très élevée et fait que le pays perd accès aux marchés financiers», a expliqué M. Leitao.

La situation au Québec est loin de celle de la Grèce. «Si on regarde les dépenses du Québec, on constate qu'elles sont en croissance. En Grèce, on assiste à une réduction massive des dépenses, ce n'est pas du tout la même situation. Même en Europe, la Grèce est un cas particulier, l'Espagne et le Portugal ne sont pas dans la même situation» a-t-il souligné.

Loto-Québec: Leitao a confiance

Le gouvernement Couillard maintient sa confiance envers Gérald Bibeau, le patron de Loto-Québec en dépit des rendements décroissants de la société d'État. À l'entrée du conseil des ministres, mardi, le ministre des Finances Carlos Leitao a pris ses distances des critiques formulées par le député caquiste François Bonnardel à l'endroit de la gestion de l'ancien mandarin libéral.

«Je réitère ma confiance dans l'équipe de gestion de Loto-Québec, incluant M. Bibeau. Les rendements de Loto-Québec diminuent, mais les profits, le dividende versé au gouvernement, ne diminuent pas. On est encore au-delà du milliard, on souhaiterait que ce soit plus rentable, mais on constate que toutes les sociétés, surtout les casinos sont en recul. Ce n'est pas particulier à Loto-Québec, c'est toute l'industrie» a-t-il souligné.

Il nie aussi les reportages voulant que le Casino de Charlevoix ait englouti 92 millions de dollars. «Ce casino est rentable, le chiffre de 92 millions n'est pas approprié. Le casino est rentable, on souhaiterait qu'il le soit davantage», souligne-t-il.