Source ID:27248; App Source:cedromItem

Les Québécois fuient vers le Sud

Du 1er au 21 janvier, la température moyenne... (PHOTO ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Du 1er au 21 janvier, la température moyenne au Québec a été de 2° inférieure à la moyenne de la même période l'an dernier, ce qui en a incité plusieurs à s'envoler vers le Sud. Ci-dessus, une plage près de La Havane, à Cuba.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Avec le froid mordant qu'on connaît depuis le 1er janvier, les Québécois s'enfuient au soleil. Plusieurs agences de voyages croient refaire, voire battre leur chiffre d'affaires de l'an dernier, aidées par une offre abondante qui garde les prix abordables malgré la baisse du huard.

Il a fait froid en janvier. Les agences de voyages sont les dernières à s'en plaindre, puisque les Québécois s'envolent vers le Sud en aussi grand nombre que l'an dernier, faisant fi de la morosité économique.

«On est en croissance par rapport à l'année dernière», dit Sylvie Myre, présidente de Voyages à rabais, important vendeur en ligne de forfaits soleil tout inclus. «La température influence beaucoup le comportement d'achat des Québécois, et on a un mois de janvier assez froid, merci!»

Vérification faite auprès d'Environnement Canada, du 1er au 21 janvier, la température moyenne, de -12°, est de 2° inférieure à la moyenne enregistrée à la même période l'an dernier. Les deux dernières années se situent au-dessous de la normale des 30 dernières années, à -9,7°, indique Simon Legault, météorologue.

«La météo est de notre bord», se réjouit Patrick Giguère, directeur de Voyages Constellation, qui soutient que ses revenus sont supérieurs à ce qu'ils étaient à pareille date l'an dernier.

Même son de cloche au CAA-Québec. «Il n'y a pas de ralentissement. La demande se maintient à ce qu'elle était l'an dernier», de dire Anne-Sophie Hamel, porte-parole.

Chaud décembre

En fait, la froidure de janvier compense le temps doux de décembre dernier, qui a été beaucoup plus chaud que décembre 2013. On parle d'une différence de 5° entre les deux.

«Jusqu'au 11 janvier, les réservations ne montaient pas», confie Lyne Rose, présidente de Voyages Bergeron. Elle montre du doigt l'état fragile de l'économie. «Il y a des pertes d'emploi. Quand de mauvaises nouvelles touchent les employés de Bombardier, ça se sent dans notre industrie, dit-elle. C'est une belle qualité de voyageurs.»

La température aidant, Voyages Bergeron s'est repris depuis, assure Mme Rose. Autre facteur qui n'a pas nui, le prix des forfaits n'a pas augmenté pour la peine, cette saison, en dépit de la glissade du huard.

Il est toujours aisé de trouver des forfaits tout inclus à moins de 1000$ pour une semaine à Cuba dans un hôtel de 4 étoiles et plus, pourvu que le voyageur soit le moindrement prêt à faire des compromis sur la date de son départ.

«Ce qui fait bouger les tarifs, ce sont les chambres d'hôtel et les billets d'avion», explique M. Giguère, de Voyages Constellation. D'un côté, le prix du carburant a beaucoup baissé; de l'autre, le dollar américain a augmenté. Au net, ça n'a pas fait bouger les prix pour les clients», soutient-il.

Les grossistes comme Transat paient les chambres d'hôtel en dollars américains dans les forfaits.

«C'est bien pour les consommateurs puisqu'il y a beaucoup d'offres sur le marché, donc des prix très bas», dit Debbie Cabana, directrice, marketing, médias sociaux et relations publiques de Transat. L'offre de sièges pour les destinations soleil progresse de 13% au Canada cet hiver pour dépasser les 4 millions d'unités. L'industrie proposait 3 600 000 sièges à l'hiver 2014. Transat a fait voyager pas moins de 445 500 Québécois dans le Sud à l'hiver 2014.

Pour ce qui est des destinations, les Québécois restent fidèles à leurs habitudes: Cuba, République dominicaine et Mexique, plus précisément les régions de Cancún et de la Riviera Maya.

Les adeptes de tout inclus sont généralement moins préoccupés par le pays que par la qualité de l'hôtel ou du centre de villégiature où ils séjournent, indique une étude de la chaire de tourisme Transat parue dans la revue Transfert de janvier 2013. En ce sens, les pays sont interchangeables.

La Jamaïque redevient néanmoins en vogue. «C'était hot dans les années 70 et 80 avant de baisser. Le pays a regagné de la popularité dernièrement», dit Lyne Rose. La température y est plus chaude et de nouveaux hôtels y ont été bâtis.

----------------

Part du marché canadien des grossites - voyages dans le Sud

> Sunwing 32%

> Transat 23%

> WestJet 21%

> Air Canada 16%

> Autres 8%

--------------

Accroissement de l'offre de sièges vers le Sud - hiver 2015

> Sunwing +18%

> Transat -6%

> WestJet + 9%

> Air Canada + 25%

> Autres + 64%

---------------

Destinations soleil des clients de Transat

> Mexique 35%

> Rép. dominicaine 29%

> Cuba 24%

> Jamaïque 6%

Source: Transat, document de présentation aux investisseurs, décembre 2014




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer