Source ID:; App Source:

WSP acquiert Parsons Brinckerhoff pour 1,35 milliard

Les rumeurs se sont finalement confirmées: WSP Global (ex-Genivar) (T.WSP)... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Sylvain Larocque
La Presse

Les rumeurs se sont finalement confirmées: WSP Global (ex-Genivar) (T.WSP) a annoncé hier l'acquisition de la firme américaine d'ingénierie Parsons Brinckerhoff pour 1,2 milliard US. Une fois de plus, la Caisse de dépôt et placement du Québec et l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) financent une partie de la transaction.

«Les deux entreprises sont très complémentaires, présentant peu de chevauchements dans leurs activités. Nous prévoyons que cette acquisition créera de nombreuses occasions de croissance et une chance unique de bâtir une firme de services professionnels multidisciplinaire de classe mondiale», a commenté hier le PDG de WSP, Pierre Shoiry, au cours d'une conférence téléphonique avec les analystes financiers.

«Nous améliorerons notre compétitivité mondiale dans tous nos secteurs d'activité, plus particulièrement dans ceux des transports et de l'énergie», a-t-il ajouté.

Taille presque doublée

Avec Parsons, WSP doublera pratiquement de taille: son chiffre d'affaires annuel passera de 2 à 3,8 milliards CAN et ses effectifs, de 17 500 à 31 000. Comme l'entreprise acquise est très présente aux États-Unis, ce pays deviendra la principale source de revenus de WSP (27%), devant le Canada (21%), le Royaume-Uni (16%), le reste de l'Europe (12%) et l'Australie (9%). WSP comptera désormais 6200 employés aux États-Unis comparativement à environ 7000 au Canada et 5200 au Royaume-Uni.

Le vendeur est la firme de construction britannique Balfour Beatty, qui veut se recentrer sur son coeur de métier. Selon des médias londoniens, la firme britannique d'ingénierie Atkins et deux firmes d'investissement étaient en lice contre WSP pour mettre la main sur Parsons Brinckerhoff. De son côté, l'entreprise de construction britannique Carillion souhaitait avaler la totalité de Balfour pour 3,8 milliards CAN, mais celle-ci a repoussé ses avances.

«Il est rare qu'une transaction présente autant d'avantages pour toutes les parties prenantes, y compris les investisseurs, mais c'est le cas ici», s'est félicité le PDG de Parsons Brinckerhoff, George Pierson, qui deviendra membre du conseil d'administration

de WSP.

Des synergies de 25 millions US

WSP pense pouvoir dégager des synergies de 25 millions US dans les deux années suivant la clôture de la transaction, grâce notamment au regroupement d'activités administratives, de bureaux et de contrats d'assurance. Selon WSP, la transaction devrait ajouter 5% à son bénéfice par action à la clôture et 15% une fois les synergies pleinement réalisées.

La direction croit par ailleurs être en mesure de relever graduellement les marges d'exploitation de Parsons, qui sont actuellement de 6,9%, comparativement à 11% pour WSP. C'est en Europe et en Australie qu'il y aura le plus de travail à faire à cet égard.

Pour financer cette grosse bouchée, WSP émettra pour 902 millions d'actions au prix unitaire de 35,85$. La Caisse de dépôt et l'OIRPC en achèteront pour 200 millions chacun, tandis que 502 millions seront offerts au public investisseur. Le reste des fonds proviendra de nouvelles marges de crédit.

La Caisse et l'OIRPC avaient également acheté des actions de l'entreprise montréalaise lorsque celle-ci avait acquis la firme britannique WSP (dont elle a adopté le nom) pour 440 millions en 2012 et la canadienne Focus pour 366 millions, plus tôt cette année.

Lorsque la transaction sera conclue, vraisemblablement au quatrième trimestre, la dette nette de WSP représentera deux fois son bénéfice d'exploitation, atteignant ainsi la fourchette supérieure fixée par l'entreprise.

Depuis le début de l'été, le secteur du génie-conseil vit une période de consolidation notable. La grande rivale de WSP, SNC-Lavalin, a annoncé en juin l'acquisition de la firme britannique Kentz pour 2,1 milliards. Et en juillet, le géant Aecom, de Los Angeles, a fait une offre de 4 milliards US pour son concurrent URS, de San Francisco.

Les deux entreprises

WSP en bref

  • Entreprise fondée en 1959 à Québec
  • 17 500 employés
  • Forces: bâtiments et transports
Parsons Brinckerhoff en bref

  • Entreprise fondée en 1885 à New York
  • 14 000 employés
  • Force: transports

Quelques chiffres

1,2
milliard US
Valeur de la transaction
25
millions US
Synergies prévues
200
millions
Investissement de la Caisse de dépôt dans WSP
8,8
fois
Ratio prix d'acquisition/bénéfice d'exploitation (en incluant les synergies)

Les plus grandes firmes mondiales de génie-conseil

Revenus 2013 provenant de l'ingénierie (en dollars US)
1. Aecom (É.-U.)7,2 milliards
2. Jacobs (É.-U.)6,8 milliards
3. WorleyParsons (Aus.)5,5 milliards
4. URS (É.-U.)5,3 milliards
5. SNC-Lavalin (Can.)5,2 milliards, en incluant l'acquisition récente de Kentz Corporation
6. Amec (R.-U.)5,0 milliards
7. Fluor (É.-U.)4,5 milliards
8. WSP et Parsons Brinckerhoff (Can.)4,0 milliards
Sources: Engineering News-Record et La Presse



À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer