Source ID:542946; App Source:cedromItem

Manque de relève parmi les entrepreneurs bientôt retraités

Michel Leblanc, président de la chambre de commerce... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse)

Agrandir

Michel Leblanc, président de la chambre de commerce du Montréal métropolitain

Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse

Des milliers de PME fermées, des dizaines de milliers d'emplois en péril, des milliards de dollars retranchés au produit intérieur brut (PIB) du Québec; telle serait la menace qui guette l'économie québécoise d'ici quelques années, si elle ne parvenait pas à combler le manque de relève parmi les nombreux entrepreneurs qui approchent de la retraite.

Pour sonner l'alarme, la chambre de commerce du Montréal métropolitain a dévoilé hier les résultats de son étude intitulée Le transfert des entreprises à la relève: un enjeu majeur pour l'économie du Québec et la pérennité des PME.

Cette étude, réalisée avec le Fonds de solidarité FTQ et la firme comptable Raymond Chabot Grant Thornton, évalue le coût global associé au risque de fermeture des entreprises découlant du manque de relève entrepreneuriale sur les dix prochaines années.

«L'étude met l'accent sur le risque que représente la propension des propriétaires d'entreprise à ne pas planifier leur relève ou à sous-estimer la complexité et la durée du processus de transfert», a expliqué Michel Leblanc, président de la chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«Dans un contexte de population vieillissante, le prix à payer si nous échouons à améliorer la situation de la relève et du transfert d'entreprise pourrait être élevé. Nous estimons qu'entre 5700 et 10 000 entreprises québécoises seraient à risque de fermeture d'ici 10 ans, si on rate leur transfert. Ces fermetures pourraient se traduire par des pertes de 79 000 à 139 000 emplois et de 8,2 à 12 milliards de dollars en PIB.»

Pour sa part, Gaétan Morin, premier vice-président au développement corporatif et investissement du Fonds de solidarité, a indiqué que «l'étude s'attarde aux obstacles à la relève entrepreneuriale. Parmi eux, on retrouve une préparation inadéquate des cédants ainsi qu'un manque d'appui pour les repreneurs d'entreprise.»

Selon M. Morin, les résultats de l'étude doivent inciter le gouvernement du Québec à «instaurer une fiscalité plus équitable pour les transferts d'entreprise à l'intérieur d'une famille, à renforcer les programmes de financement et de services-conseils d'aide à la planification du transfert et à améliorer la coordination des organisations et des programmes relativement à la relève entrepreneuriale et au transfert d'entreprise.»

1. Stimuler la relève entrepreneuriale et sensibiliser les propriétaires à l'enjeu de la planification du transfert.

2. Agir pour une fiscalité plus équitable et renforcer les programmes de financement et de services-conseils d'aide au transfert d'entreprise.

3. Harmoniser et coordonner les programmes des organisations en oeuvrant en matière de relève entrepreneuriale et de transfert d'entreprise.

4. Résoudre les enjeux spécifiques au secteur agricole.

Pour consulter l'étude: ccmm.qc.ca/etudetransfertdentreprises




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer