Source ID:; App Source:

Coup de main de 250 millions d'Ottawa à CAE

«Si vous n'aviez pas livré dans le passé,... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

«Si vous n'aviez pas livré dans le passé, si nous n'avions pas l'assurance de vous voir livrer dans le futur, nous ne serions pas là aujourd'hui», a déclaré hier le ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Denis Lebel, au sujet de CAE.

Photo David Boily, La Presse

Pour la troisième fois en 10 ans, le gouvernement fédéral a annoncé un investissement massif dans un projet de recherche et développement de CAE (T.CAE).

«Si vous n'aviez pas livré  dans le passé, si nous n'avions pas l'assurance de vous voir livrer dans le futur, nous ne serions pas là aujourd'hui», a déclaré le ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Denis Lebel, en conférence de presse hier.

Le gouvernement fédéral accordera à CAE un prêt de 250 millions de dollars dans le cadre de son projet Innover. Ce projet de 700 millions, qui s'échelonnera sur cinq ans et demi, vise à mettre au point la prochaine génération de simulateurs pour les marchés de l'aviation civile et militaire.

«Nos simulateurs seront modulaires, plus efficaces et plus faciles à déployer et à entretenir, a déclaré le chef de la direction financière de CAE, Stéphane Lefebvre. Le nouveau système améliorera aussi l'expérience de l'utilisateur.»

Il a spécifié que CAE effectuait toutes ses activités de recherche et développement (R-D) à Montréal, «en étroite collaboration avec des universités et des centres de recherche canadiens, ainsi qu'avec des fournisseurs du Canada».

CAE emploie environ 4000 personnes au Canada, la très grande majorité à Montréal.

«Nous allons définitivement maintenir les emplois que nous avons et nous pensons avoir une augmentation du niveau d'employés à Montréal», a déclaré M. Lefebvre.

Il n'a toutefois pas voulu spécifier les objectifs de CAE à ce sujet. «Cela va aussi dépendre des dynamiques de marché et du nombre de simulateurs que nous pourrons livrer.»

CAE devra commencer à rembourser le prêt fédéral accordé en vertu du programme Initiative stratégique pour l'aérospatiale et la défense (ISAD), un an après la fin du projet de R-D Innover. Le remboursement s'échelonnera par la suite sur 15 ans.

En mars 2009, le gouvernement fédéral a accordé à CAE un prêt de 250 millions pour mettre en oeuvre le projet Falcon, un projet de R-D de 714 millions.

Ce projet se termine à la fin de mars 2014. CAE n'a pas encore commencé le remboursement du prêt fédéral.

En dépit de cet investissement, CAE avait dû procéder à 700 licenciements en mai 2009 en raison du marasme dans l'industrie de l'aviation civile.

CAE a commencé à rembourser un prêt de 189,5 millions accordé par Ottawa en novembre 2005, dans le cadre du projet Phoenix (un projet de R-D de 630 millions).

M. Lefebvre a fait valoir que la technologie mise au point dans le cadre de ces projets avait aidé CAE à occuper une position de leadership sur le marché des simulateurs. «Avec cette nouvelle génération de simulateurs, je pense que nous allons consolider notre leadership», a-t-il déclaré.

Il a toutefois affirmé que la concurrence s'intensifiait sur ce marché, notamment dans le domaine de l'aviation civile. «Nous avons les mêmes compétiteurs, mais ils ont de nouveaux actionnaires, comme L3 et Lockheed Martin, qui ont la capacité de procéder à de gros investissements», a-t-il expliqué.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer