Source ID:367212; App Source:cedromItem

Construction: les architectes, victimes collatérales?

Les architectes sont-ils en train de devenir les victimes collatérales des... (Photo Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Photo Patrick Sanfaçon

Sylvain Larocque
La Presse

Les architectes sont-ils en train de devenir les victimes collatérales des excès commis par certains entrepreneurs en construction et ingénieurs?

C'est la question que se pose Caroline Émond, directrice générale de l'Association des architectes en pratique privée.

Afin de se protéger contre les dépassements de coûts et le désistement d'une firme au dernier moment, plusieurs municipalités imposent dans leurs appels d'offres des conditions que les architectes jugent «abusives».

Des villes demandent, par exemple, des garanties financières que la plupart des firmes d'architectes ne peuvent pas offrir, compte tenu de leur taille modeste.

«On voit de plus en plus de nos membres qui renoncent à faire affaire avec certaines municipalités [...] parce que ce n'est plus possible pour eux de faire leurs frais», dit Mme Émond. Résultat: la concurrence tend à diminuer.

La porte-parole des architectes dénonce par ailleurs la loi 1, qui oblige les entreprises souhaitant obtenir des contrats publics de 40 millions et plus à être certifiées par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

«Avant de te faire déclarer pur, t'es un impur», lance-t-elle.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer