Source ID:; App Source:

Serge Savard traite directement avec Gillett

Serge Savard... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Serge Savard

Photo: Archives La Presse

(Montréal) Les négociations sur la vente du Canadien se compliquent. Alors que Serge Savard traite directement avec George Gillett, les autres consortiums - dont celui comptant à sa tête Pierre Karl Péladeau - négocient plutôt avec son mandataire dans le dossier de la vente du Canadien, le banquier Jacques Ménard.

Serge Savard a discuté au téléphone avec George Gillett la semaine dernière afin de lui signifier son intérêt d'acquérir le Canadien et le Centre Bell. Le gagnant de 10 Coupes Stanley avec le Canadien - huit comme joueur, deux comme directeur général - investirait par l'entremise de sa société immobilière avec ses associés Bernard Thibault et Mario Messier. Le pilier de son consortium serait toutefois Jim Pattison, homme d'affaires de Vancouver dont la fortune est évaluée à 2,1 milliardsUS par le magazine Forbes. Le propriétaire des Records Guinness est la septième personne la plus riche au Canada.

Selon des sources proches des négociations, Savard serait toutefois à couteaux tirés avec le banquier Jacques Ménard, qui a été chargé par George Gillett de trouver un acheteur pour le Canadien et le Centre Bell. Les deux n'entretiennent pas de bonnes relations depuis que Serge Savard a tenté d'acheter les Expos de Montréal, dont Jacques Ménard était président du conseil d'administration, à la fin des années 90.

Revenu hier de vacances en Caroline-du-Nord, Serge Savard est toujours intéressé à déposer une offre pour acheter le Canadien et le Centre Bell. Celui que l'on surnomme Le Sénateur se méfie toutefois des répercussions de son retour dans l'organisation du Tricolore sur sa vie familiale. Une chose est certaine: s'il dépose une offre, il compte le faire directement à George Gillett, sans passer par l'intermédiaire de Jacques Ménard, président de BMO Groupe financier au Québec.

Selon le quotidien torontois The Globe and Mail, le consortium formé de Pierre Karl Péladeau, René Angélil, Céline Dion et Stephen Bronfman aurait toutefois une longueur d'avance. Il serait déjà en possession des états financiers de l'équipe, un signe évident du sérieux de sa démarche. La semaine dernière, Pierre Karl Péladeau sollicitait des appuis moraux à sa cause au sein du Québec inc.

Le Globe and Mail indique aussi que le consortium Péladeau-Angélil-Dion-Bronfman contemple l'idée de lancer une nouvelle chaîne sportive dédiée uniquement aux activités du Canadien. Les matchs du Canadien - dont la diffusion a été attribuée à RDS jusqu'à la fin de la saison 2012-2013 - seraient ensuite diffusés sur cette nouvelle chaîne, possiblement affiliée à Quebecor Media. Actuellement, seuls les Maple Leafs de Toronto ont leur propre réseau de télévision dans la LNH. Leafs TV diffuse en exclusivité 13 des 82 matchs des Leafs en saison régulière. Le reste des matchs de l'équipe torontoise sont diffusés à TSN et CBC.

Longtemps associé au réseau TVA de Quebecor - il vient d'ailleurs de terminer son mandat de directeur de Star Académie, l'émission numéro un de TVA -, René Angélil aurait toutefois exprimé des réserves en privé la semaine dernière sur la possibilité d'acheter le Canadien. Le célèbre impresario ne veut pas participer à une surenchère avec d'autres consortiums.

Le cofondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, se serait déjà retiré des enchères. Sa fortune est estimée à 2,5 milliards par le magazine Forbes, ce qui ferait de lui le deuxième Québécois le plus riche. «Guy est très prudent avec son argent et il ne laisserait pas entraîner dans une entreprise où il n'a pas les coudées franches», a dit un financier qui connaît bien Guy Laliberté sous le sceau de l'anonymat au Globe and Mail.

Le cofondateur de Research In Motion, Jim Balsillie, serait toujours dans le coup afin d'acquérir le Canadien, son équipe préférée. L'homme d'affaires de Waterloo tente d'acheter une équipe de la LNH depuis trois ans. Il a déjà contacté sans succès les Predators de Nashville, les Penguins de Pittsburgh et les Sabres de Buffalo. Depuis janvier 2008, il a encaissé environ 65 millions en dollars en vendant des actions de Research In Motion, la société ontarienne qui a inventé le BlackBerry.

Pierre Karl Péladeau, Stephen Bronfman, René Angélil et Céline Dion n'ont pas voulu parler du dossier de la vente du Canadien hier. Jacques Ménard et Serge Savard n'ont pas répondu aux appels de La Presse Affaires.

 




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer