Les agriculteurs québécois coulent enfin des jours plus heureux, du moins sur le plan des revenus.

LA PRESSE CANADIENNE

Selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), les revenus des agriculteurs québécois ont connu une hausse de 9,3% en 2008, pour atteindre les 7,5 milliards de dollars.De 2004 à 2006, les recettes ont stagné à 6,3 milliards. Elles ont par la suite progressé à 6,9 milliards en 2007.

Les recettes monétaires agricoles incluent les ventes de productions végétales et animales, ainsi que les paiements de programme. Les ventes entre les exploitations agricoles d'une même province ne sont pas comptabilisées dans ce calcul.

Environ 70% de la hausse des recettes agricoles en 2008 proviennent des recettes des productions végétales et animales. Elles ont connu une progression respective de 444,7 millions et 235,3 millions. Les paiements de programme ont, pour leur part, fléchi de 42,4 millions.

Le secteur maïs-grain a été particulièrement vigoureux en 2008, comptant pour 53% de l'augmentation des recettes des productions végétales.

Du côté des recettes des productions animales, c'est le secteur des bovins qui récolte la palme de la plus importante progression avec une hausse de 26,2%. Ainsi, pour la première fois, les recettes monétaires des bovins dépassent celles précédant la crise d'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine).

Même si les paiements de programme ont connu une baisse de 3,7% en 2008, elles ont progressé de 133,3% entre 2002 et 2008. Cette hausse est attribuable aux nombreuses perturbations dans le secteur agricole, notamment l'ESB, la crise porcine et la régression du prix des grains.