À peine six ans après avoir misé un demi-milliard de dollars sur les centres de données, Cogeco Communications a signé un accord portant sur la cession de sa filiale Cogeco Peer 1 à une société d'investissement.

CHRISTOPHER REYNOLDS LA PRESSE CANADIENNE

Digital Colony, une société de Los Angeles, achètera le fournisseur de services d'infonuagique pour 720 millions, a annoncé mercredi Cogeco Communications.

La compagnie montréalaise de câblodistribution et de service internet a annoncé son intention d'utiliser le produit de la vente pour rembourser la dette et racheter des actions. Son titre a touché mercredi un sommet de 52 semaines à la Bourse de Toronto, soit 81,80 $, et a clôturé à 81,76 $, en hausse de 6,71 $, soit 8,9 %.

Peer 1 compte actuellement 16 centres de données au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni, desservant des clients dans plus de 50 pays, principalement en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Malgré les visées de Cogeco pour cette filiale, ses revenus ont chuté de 8 % entre 2014 et 2018 pour se chiffrer à 279,7 millions.

Au plus récent trimestre, les revenus de Peer 1 ont chuté de 3,2 % sur une base annuelle, pour atteindre 67,7 millions - après avoir plongé de 4,5 % lors de la même période l'année précédente.

Cogeco avait acheté le prédécesseur de Peer 1 pour 526 millions, renforçant ainsi la taille de ses activités existantes de centres de données dans l'espoir de puiser plus profondément dans le marché lucratif des petites et moyennes entreprises.

Le chef de la direction de Cogeco, Philippe Jetté, qui dirigeait Peer 1 avant de succéder à Louis Audet en septembre, a fait valoir mercredi que « les marchés des centres de données et de la connectivité avaient considérablement évolué et se sont consolidés de manière significative » depuis 2012.

En 2016, son concurrent BCE a racheté les 65 % restants de l'opérateur de centre de données Q9 Networks pour 675 millions. L'année précédente, l'américaine Zayo Group Holdings avait acheté la filiale Allstream de Manitoba Telecom Services, qui fournissait des services d'infonuagique aux entreprises.

« Nous avons déployé beaucoup d'efforts pour la redresser. La concurrence est très vive », avait expliqué M. Jetté le mois dernier, lors d'une conférence téléphonique sur les plus récents résultats trimestriels de Cogeco.

Au cours du trimestre terminé le 30 novembre, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements de Peer 1 a diminué de 10 % par rapport à l'année précédente, pour s'établir à environ 17,8 millions.

L'analyste Adam Shine, de la Financière Banque Nationale, a estimé que cette vente était « inévitable ».

Cogeco tire la grande majorité de ses revenus des activités de câblodistribution destinées aux clients de détail. Sa division américaine, de plus petite taille, a gagné des abonnés au cours des dernières années, mais ses activités canadiennes ont été confrontées à une baisse du nombre de clients, alors que Cogeco s'efforce de développer ses services informatiques.

La transaction est soumise aux conditions de clôture habituelles, y compris certaines approbations réglementaires, et devrait être finalisée au troisième trimestre.

Le siège social de Cogeco Peer 1 devrait rester à Toronto et la société adoptera une nouvelle marque.