Après l'internet, l'entreprise indépendante de télécoms Ebox se lance dans la télé. La plus importante entreprise de télécoms indépendante du Québec vient de lancer discrètement son nouveau service de télé par internet.

Mis à jour le 22 mai 2018
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

Comme avec son accès internet, Ebox mise sur des prix plus bas que le « Big 4 » des télécoms au Québec, notamment pour son service de base. Au Canada, 95 % des abonnés télé font affaire avec des conglomérats de télécoms (Bell, Shaw, Rogers, Vidéotron, Telus, Cogeco), selon un rapport du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Ebox offre un service de base à 25 $ par mois, récepteur télé compris. Depuis 2016, le CRTC exige que tout fournisseur télé offre un forfait de base (20 chaînes à Montréal) à 25 $ par mois, mais le prix de location du récepteur télé n'est pas inclus dans ce total mensuel. Vidéotron, Bell, Telus et Cogeco demandent un supplément variant entre 4 et 9 $ par mois pour la location du récepteur télé de base. Ebox offre son forfait télé de base (18 chaînes généralistes ou américaines) à 19,95 $ par mois et son récepteur télé en location à 4,95 $ par mois.

« Notre structure de prix est agressive pour la télé, dit Jean-Philippe Béïque, PDG et cofondateur d'Ebox. Nous sommes un peu underdog, nous cherchons à avoir un avantage pour ce qui est des prix. Nous avons toujours l'ambition de prendre des parts de marché, et il faut être plus agressif sur les prix. » En plus du forfait de base, Ebox offre aussi 150 chaînes à la carte. À titre d'exemple, RDS coûtera 15 $ par mois, TVA Sports, 10 $ par mois. Un forfait de 10 chaînes spécialisées est offert pour 13 $ par mois (en plus du forfait de base).

LES CORD CUTTERS VISÉS

Une des clientèles ciblées par Ebox : les gens qui se sont débranchés de la télé au cours des dernières années (les cord cutters). De 2012 à 2016, la proportion de foyers abonnés à la télé est passée de 83 % à 76 %, selon un rapport du CRTC.

«  [Les cord cutters] sont des gens qui s'équipent pour chercher du contenu sur le web. Pour une somme raisonnable, on leur offre un accès à de la télé en direct, à des émissions archivées des derniers jours et à l'univers web avec un seul équipement. » - Jean-Philippe Béïque

Ebox estime que son nouveau service télé s'adresse « autant à la personne qui cherche à réduire sa facture traditionnelle de télé qu'à la personne qui veut plus de fonctionnalités sur sa télé », dit Jean-Philippe Béïque. Le récepteur télé d'Ebox, certifié par Android, sert de console de jeux (Google Play Store), télécharge des applications et permet de réécouter des émissions de télé.

L'entreprise de Longueuil fera un lancement progressif de son service télé au cours des prochains mois. Elle visera d'abord ses 100 000 clients internet (il faut aussi être abonné internet chez Ebox pour avoir accès au service télé). Le service télé est offert depuis plusieurs semaines, mais seulement auprès d'un nombre limité de clients.

Au Québec, d'autres fournisseurs indépendants offrent aussi la télé par internet. V Media offre notamment un forfait télé de base à 21,95 $ par mois avec récepteur télé en location à 9,95 $ par mois.

Fondée en 1998, Ebox offre l'accès internet depuis 2002. Comme fournisseur indépendant, il utilise notamment les infrastructures internet des membres du « Big 3 » (Bell, Rogers, Telus) et de Vidéotron pour ses opérations. En vue du lancement de son service télé, Ebox a été initié à l'industrie complexe du petit écran. Incapable de s'entendre sur les redevances à payer à certaines chaînes spécialisées de Bell Média, Ebox a perdu sa cause en arbitrage devant le CRTC.

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Jean-Philippe Béïque, PDG et cofondateur d'Ebox