Source ID:; App Source:

À Pékin, le FMI souligne les «incertitudes» de l'économie chinoise

David Lipton, le numéro deux du FMI, a... (Photo Reuters)

Agrandir

David Lipton, le numéro deux du FMI, a salué les récentes politiques de soutien menées par la Chine, qui ont permis de réviser à la hausse les prévisions de croissance à court terme.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

Le FMI a jugé mardi à Pékin la perspective économique à moyen terme de la Chine «incertaine», la dette de ses entreprises et son secteur financier opaque constituant des risques latents.

David Lipton, le numéro deux du FMI, a salué les récentes politiques de soutien menées par la Chine, qui ont permis de réviser à la hausse les prévisions de croissance à court terme.

Cependant, «la perspective à moyen terme est plus incertaine en raison de la hausse rapide du crédit, des surcapacités structurelles et d'un secteur financier de plus en plus étendu, opaque et interconnecté», a-t-il souligné.

M. Lipton s'exprimait à Pékin, où il a rencontré des hauts responsables du secteur bancaire et du gouvernement, et a estimé que la Chine, afin d'éviter de futures crises, se doit d'accélérer le rythme de ses réformes économiques.

La dette des entreprises, la réforme des firmes publiques et le manque de communication entre les régulateurs financiers constituent les maillons faibles de l'économie chinoise, selon David Lipton.

Le numéro deux du FMI a notamment conseillé à la Chine d'établir un groupe spécial afin de restructurer ses massives entreprises d'Etat, souvent critiquées pour leur manque de productivité.

Pékin souhaite depuis longtemps réformer ses firmes publiques, qui dominent des secteurs entiers, de la production de charbon aux télécommunications, mais celles-ci sont souvent réticentes à sabrer leurs effectifs.

«La dette des entreprises, bien que toujours gérable, est élevée et croît rapidement», a par ailleurs averti M. Lipton.

S'attaquer au problème est selon lui «impératif pour éviter de graves problèmes» sur le long terme.

China Railway Corp (CRC), l'opérateur des chemins de fer chinois, est ainsi grevé d'une dette colossale de 640 milliards de dollars, avait révélé l'entreprise en mai.

La Chine s'efforce de rééquilibrer son modèle économique vers les services et la consommation intérieure, mais la transition s'avère douloureuse, sur fond d'effondrement des exportations chinoises et de ralentissement persistant de la production industrielle dans son ensemble.

L'économie chinoise, moteur crucial pour la croissance mondiale, va croître cette année de 6,5%, et de 6,2% en 2017, avait estimé en avril le FMI.

Des chiffres meilleurs que les prévisions précédentes de l'institution, mais largement en deçà des 6,9% recensés en 2015 en Chine -- le taux le plus faible depuis un quart de siècle.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer