Source ID:; App Source:

Chine: la croissance sous 7% pour la première fois depuis 2009

Alors que la croissance chinoise avait glissé en... (PHOTO KIM KYUNG-HOON, REUTERS)

Agrandir

Alors que la croissance chinoise avait glissé en 2014 à 7,3%, Pékin table pour 2015 sur une performance d'«environ 7%», ce qui serait un plus bas depuis un quart de siècle.

PHOTO KIM KYUNG-HOON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien GIRAULT
Agence France-Presse
Pékin

La croissance chinoise a ralenti à 6,9% au troisième trimestre, sa pire performance depuis la crise financière de 2009, selon un chiffre gouvernemental qui a confirmé lundi l'essoufflement persistant de la deuxième économie mondiale et devrait inciter Pékin à muscler ses mesures de relance.

La salve d'indicateurs publiés lundi par le Bureau national des statistiques (BNS) n'est guère de nature à apaiser les inquiétudes sur la santé du géant asiatique, lequel reste malgré ses difficultés l'un des principaux moteurs de la croissance planétaire.

Le chiffre officiel de la croissance du Produit intérieur brut (PIB) chinois pour les trois mois achevés fin septembre s'avère certes meilleur que la prévision médiane des experts sondés par l'AFP, qui attendaient un ralentissement plus prononcé (+6,8%) après une stabilisation à 7% au 2e trimestre.

«Mais ne soyons pas exagérément optimistes (...) La croissance chinoise reste terne et devrait continuer de s'affaiblir», a aussitôt réagi Liu Li-Gang, analyste de la banque ANZ interrogé par l'AFP.

De fait, nombre d'indicateurs décevants continuent de dépeindre un tableau très morose de l'activité en Chine, avec en particulier un ralentissement très marqué de la production industrielle du pays en septembre.

Celle-ci a progressé de 5,7% sur un an, très en deçà de la hausse de 6,1% enregistrée en août, a indiqué le BNS. La consommation nationale d'électricité a carrément diminué le mois dernier de 0,2% sur un an.

Quant aux investissements en capital fixe, qui mesurent notamment les investissements immobiliers et les investissements dans les infrastructures, ils ressortent en hausse de 10,3% sur un an pour les neuf mois de l'année, en nette décélération.

De l'avis des experts, la stagnation du marché immobilier local et de sévères surcapacités industrielles continuent de plomber l'économie chinoise.

Témoin de l'essoufflement de l'activité, le commerce extérieur de la Chine s'est dégradé de façon spectaculaire: le montant en dollars de ses importations s'est effondré de quelque 20% en septembre (ce dont font les frais les pays émergents qui approvisionnent le pays en matières premières), tandis que ses exportations trébuchaient de 3,7%.

Doutes sur les chiffres officiels

Alors que la croissance chinoise avait glissé en 2014 à 7,3%, Pékin table pour 2015 sur une performance d'«environ 7%», ce qui serait un plus bas depuis un quart de siècle.

Pour autant, une bonne partie des experts jugent les chiffres officiels du PIB très surévalués par rapport au ralentissement véritable de l'économie.

«Il faut prendre ces chiffres du PIB avec des pincettes (...) Il y a des défauts patents dans le mode de calcul, associés à des pressions politiques pour ne pas s'éloigner d'objectifs devenus difficilement atteignables», rappelle Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

Selon ce cabinet, différents indicateurs suggèrent une croissance réelle de seulement «4,5% environ».

Même prudence chez JPMorgan, dont l'économiste Zhu Haibin s'interroge sur la résistance - dans les statistiques officielles - de la croissance dans les services, alors que l'effondrement estival des marchés boursiers chinois aurait dû sérieusement rogner la progression du secteur financier.

Les autorités chinoises se défendent farouchement de toute manipulation - tout en continuant de vanter «la nouvelle normalité» d'une croissance ralentie mais plus durable, fruit de leurs efforts pour rééquilibrer l'économie vers la consommation intérieure, les services et les hautes technologies, au détriment de l'industrie lourde.

À cet égard, les ventes au détail, baromètre de la consommation des ménages chinois, se signalent par leur robustesse: elles ont légèrement accéléré en septembre, progressant de 10,9% sur un an, selon le BNS.

Efforts de relance accrus

La débâcle des Bourses chinoises, suivie d'une dévaluation soudaine du yuan, avait alimenté durant l'été un vent de panique sur les marchés mondiaux, mettant en exergue un scepticisme grandissant sur l'efficacité de la politique économique engagée par Pékin.

La Chine a pourtant abaissé à cinq reprises ses taux d'intérêt en moins d'un an, dans l'espoir de faciliter le crédit aux entreprises, et a promis de renforcer ses efforts de relance budgétaire, en élargissant des rabais fiscaux et en dopant les dépenses publiques. Un arsenal de mesures de soutien aux effets encore mitigés.

«Nous voyons les premiers signes d'une stabilisation de la croissance en cours de concrétisation (...) mais aucune preuve tangible d'un rebond durable pour les prochains mois», avertissent les experts de Nomura, anticipant une croissance du PIB de seulement 6,4% au quatrième trimestre de l'année.

Dans ce contexte, soucieux d'éviter un atterrissage économique brutal, Pékin pourrait se voir condamné à poursuivre ses efforts «modérés» de relance budgétaire, voire à réduire encore à deux reprises ses taux d'intérêt courant 2016, estime-t-on chez Nomura.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer