Une association alsacienne va mettre en circulation en octobre une nouvelle monnaie locale complémentaire, le «Stück», à parité égale avec l'euro, pour permettre aux Strasbourgeois de régler leurs dépenses quotidiennes avec une devise «citoyenne», «éthique» et «solidaire».

Publié le 25 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Stück - qui signifie le morceau ou le bout en alsacien - sera mis en circulation dans la capitale alsacienne et ses environs le 3 octobre.

Déclinée uniquement en billets de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 euros, la nouvelle monnaie pourra être dépensée au sein d'un réseau d'une cinquantaine de commerces de proximité -boulangeries, épiceries, cafés, restaurants-, théâtres, thérapeutes, hôtels, mais aussi des réparateurs de vélos et des fermes.

Imprimés localement, les Stücks sont des billets très colorés qui comportent plusieurs points de sécurité, notamment des filigranes, des fibres dans le papier et un code à bulle argenté apposé par la Banque de France, a constaté un journaliste de l'AFP.

Quelque 100 000 euros de masse monétaire en Stücks ont été imprimés pour accompagner le lancement de la nouvelle monnaie alsacienne.

Les euros placés par les usagers à la banque serviront notamment au financement de l'économie sociale et solidaire.

L'association Le Stück, qui pilote l'expérience, espère atteindre l'objectif de 600 usagers d'ici à la fin 2015.

Pour acquérir des Stücks, les usagers devront adhérer à l'association éponyme, moyennant une cotisation minimum de 5 euros. La devise strasbourgeoise pourra ensuite être retirée au Crédit municipal de Strasbourg, faisant office de bureau de change, au cours légal d'un Stück contre un euro.

Le paiement en Stücks comporte néanmoins plusieurs restrictions: le commerçant doit rendre la différence au client en monnaie locale et la reconversion des Stücks en euros n'est pas autorisée.

Les billets perdront également 2 % de leur valeur tous les 9 mois, dans le but de «décourager la thésaurisation» et d'«encourager la circulation des billets».

«Les Stücks vont circuler dans un bassin économique local et (cela) va créer de la richesse sur le territoire», a indiqué Antoine Levy, un porte-parole de l'association lors d'une conférence de presse.

«C'est un réseau de valeurs (...) Vous allez utiliser des Stücks chez quelqu'un dont vous savez qu'il va utiliser le même réseau», a souligné Frédéric Duffrene, un membre de l'association, responsable au sein d'un centre socio-cuturel.

Un autocollant («Ici on paie en Stücks») permettra aux usagers d'identifier les commerces acceptant le paiement en monnaie locale. Ces derniers s'engagent notamment à proposer des produits locaux dans leur offre. La liste des professionnels sera régulièrement mise à jour sur le site de l'association (www.lestuck.eu).

Abeille (Lot-et-Garonne), Eusko (Pays basque) ou SoNantes (Loire-atlantique): la France compte actuellement au moins une trentaine de monnaies locales en circulation ou en projet, toutes placées sous la supervision de la Banque de France.