Source ID:; App Source:

L'euro progresse face au dollar

L'euro profitait de la promesse de la Grèce... (PHOTO DANIEL BOCKWOLDT, AP)

Agrandir

L'euro profitait de la promesse de la Grèce de verser les 460 millions d'euros dus au Fonds monétaire international (FMI) le 9 avril, un engagement annoncé par la directrice du Fonds Christine Lagarde dimanche, à l'issue d'une rencontre à Washington avec le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis.

PHOTO DANIEL BOCKWOLDT, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

L'euro progressait face au dollar lundi, profitant de l'engagement d'Athènes à honorer auprès du FMI une échéance de remboursement en avril, tandis que le billet vert continuait de souffrir de mauvais chiffres de l'emploi aux États-Unis.

Vers 5h45 (heure de Montréal), la monnaie unique européenne valait 1,0981$US contre 1,0882$US vendredi.

L'euro gagnait également du terrain face à la monnaie nippone, à 130,74 yens contre 130,22 yens vendredi matin.

Le dollar US reculait face à la devise japonaise, à 119,06$US contre 119,02 yens vendredi.

L'euro profitait de la promesse de la Grèce de verser les 460 millions d'euros dus au Fonds monétaire international (FMI) le 9 avril, un engagement annoncé par la directrice du Fonds Christine Lagarde dimanche, à l'issue d'une rencontre à Washington avec le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis.

«Le marché estime que la Grèce assurera bien ce paiement», ce qui sera «positif pour l'euro», a indiqué à Bloomberg News Prashant Newnaha, stratégiste chez TD Securities à Singapour.

Depuis trois semaines, une rumeur - alimentée par une lettre alarmiste du premier ministre grec Alexis Tsipras à la chancelière allemande Angela Merkel le 15 mars, prévenant que le pays pourrait ne pas honorer ses prochains remboursements - laissait entendre qu'Athènes ne serait pas en mesure de régler l'échéance du 9 avril.

Alors que la Grèce est actuellement en négociation difficile avec ses partenaires de l'Union européenne, elle semble chercher d'autres appuis: après Mme Lagarde, Yanis Varoufakis doit rencontrer ce lundi des responsables du Trésor américain, dont Nathan Sheets, sous-secrétaire au Trésor américain chargé des Affaires internationales.

Le dollar pâtissait toujours de son côté de chiffres décevants des créations d'emplois aux États-Unis en mars, victimes d'un billet vert fort, de la chute des prix du pétrole et d'un hiver qui s'éternise.

L'activité économique n'a généré au cours de ce mois que 126.000 emplois, soit 52% de moins qu'en février et le plus faible niveau de nouvelles embauches depuis décembre 2013.

Les analystes tablaient sur un chiffre deux fois supérieur.

Le département du Travail a en outre révisé à la baisse, de 69.000, le nombre de créations d'emplois en février, à 264 000.

Après ces chiffres «bien loin des attentes du marché», la tendance «à la vente du dollar va se poursuivre», a estimé dans une note Toshiya Yamauchi, un analyste d'Ueda Harlow Ltd., à Tokyo.

Ces chiffres devraient être interprétés par les investisseurs comme une incitation pour la Réserve fédérale (Fed) à attendre avant de relever ses taux, actuellement à un niveau presque nul, estiment les analystes.

Ces taux extrêmement bas pèsent sur le billet vert, car ils le rendent moins rémunérateur.

Vers 5h45, la livre britannique baissait face à la monnaie unique européenne, à 0,7353 pence pour un euro, et montait face au billet vert, à 1,4935$US pour une livre.

La devise suisse reculait face à l'euro, à 1,0445 franc pour un euro, et progressait face au billet vert, à 0,9512 franc pour un dollar.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer