Source ID:25593; App Source:cedromItem

Davos: l'heure des bilans du monde

Les forces policières sont omniprésentes à Davos, en... (Photo Chris Ratcliffe, Bloomberg)

Agrandir

Les forces policières sont omniprésentes à Davos, en particulier près du centre des congrès.

Photo Chris Ratcliffe, Bloomberg

(DAVOS) Le 45e Forum économique mondial (FEM) de Davos ne débute officiellement qu'aujourd'hui, mais la publication depuis deux jours de nouvelles études économiques sur l'état du monde promet déjà d'alimenter les débats qui vont se dérouler au cours des quatre prochains jours dans quelque 280 ateliers de discussion.

Lundi, Oxfam, un organisme à but non lucratif, a publié un rapport au titre retentissant: «Les 1% les plus riches posséderont plus que le reste de la population mondiale en 2016».

Selon Oxfam, qui s'appuie sur les données du rapport annuel sur la richesse mondiale que publie la banque Credit Suisse, la part du patrimoine mondial détenue par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, laissant ainsi présager que d'ici l'an prochain, les 80 personnes les plus riches du monde détiendront plus que 50% de la population mondiale.

On va en parler à Davos, d'autant que la directrice générale d'Oxfam, Winnie Byanyma, est coprésidente cette année du Forum économique mondial.

Elle a accepté l'invitation du président fondateur de l'événement, Klaus Schwab, qui affirmait lundi que le Forum était depuis sa création, il y a 45 ans, justement le lieu de discussion privilégié pour faire avancer l'état du monde.

On va en parler aussi et surtout parce que Davos est le lieu dans le monde où se retrouvent rassemblés en même temps le plus grand nombre de milliardaires de la planète puisque les PDG de 1500 des plus grandes entreprises publiques mondiales convergent, une fois l'an, au FEM pour venir y prendre le pouls économique et politique de leur marché.

Le FMI revoit encore ses prévisions

Après Oxfam lundi, voilà que le Fonds monétaire international (FMI) a lui aussi décidé de participer à la préparation du Forum économique de Davos en révisant à la baisse, hier, ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2015 et 2016.

L'an dernier, le FMI a rabaissé deux fois ses prévisions initiales pour 2014. On est en janvier seulement et déjà, l'organisme décide de corriger négativement ce qu'il entrevoyait en octobre dernier pour les deux prochaines années.

Malgré les effets stimulants indéniables de la chute des prix du pétrole, l'organisme estime que l'économie mondiale progressera de 3,5% en 2015 et de 3,7% l'an prochain. Il s'agit d'une réduction de 0,3% pour les deux années par rapport aux prévisions initiales du FMI d'octobre dernier.

Essentiellement, la baisse des prix du pétrole ne compensera pas la faiblesse des nouveaux investissements et le ralentissement de la croissance à moyen terme des économies avancées, ailleurs qu'aux États-Unis.

Le FMI pointe le ralentissement de la croissance en Chine et la forte contraction de 3,5% de l'économie russe en 2015, suivie d'une croissance négative de 1% du produit intérieur brut russe en 2016.

Toute l'activité économique des pays producteurs de pétrole va évidemment souffrir de la faiblesse des prix, ce qui contribuera à une croissance moins soutenue qu'espéré.

L'Europe, notamment, ne jouira pas de la manne dont les consommateurs vont profiter en économies à la pompe.

Alors qu'on apprenait hier que la Chine venait d'enregistrer - à 7,4% pour l'année 2014 - son plus faible taux annuel de croissance économique en 24 ans - en deçà de la prévision du gouvernement chinois -, le FMI prévoit que l'Inde pourrait enregistrer en 2016 une plus forte croissance que la Chine.

Ça aussi, on va en parler à Davos puisque le premier ministre chinois Li Keqiang est sur place pour la durée du Forum et qu'il animera aujourd'hui la séance plénière de fin de journée sur le thème L'impact mondial de la transformation de l'économie chinoise...

----------------

DAVOS EN CHIFFRES

2500

On attend plus de 2500 participants de 140 pays.

1500

Plus de 1500 PDG des plus grandes entreprises du monde y seront.

40

Nombre de chefs d'État présents, dont Massoud Barzani, président du Kurdistan, Ahmet Davutoglu, premier ministre de la Turquie, Abdel Fattah Al-Sissi, président de l'Égypte, François Hollande, président de la France, Li Keqiang, premier ministre de la Chine, Angela Merkel, chancelière de l'Allemagne, Petro Porochenko, président de l'Ukraine, et Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud.

300

Nombre de personnalités publiques présentes, dont tous les ministres des Finances du G20.

200

Nombre de représentants de la communauté des « Nouveaux champions ».

280

Tous ces gens discuteront dans le cadre de quelque 280 ateliers au cours des quatre prochains jours.

-----------------

CARNET DES ALPES

Jet-set

Habituellement paisible, pour ne pas dire ennuyeuse, si on exclut le ski fabuleux qu'on peut y pratiquer, la petite ville alpine de Davos, située au sommet de l'Europe, reprend progressivement depuis deux jours ses airs de capitale mondiale du jet-set politique et économique.

Milliardaires

Déjà, hier, le ronron des hélicoptères - qui transportent des chefs d'État qui nécessitent une sécurité maximale ou des milliardaires qui sont devenus incapables de se faire véhiculer en vulgaires voitures - commençait à briser systématiquement le silence enveloppant des montagnes.

Surveillance

Tous les hôtels, chalets et appartements de Davos dans un périmètre de 40 kilomètres sont retenus jusqu'à dimanche pour accueillir les 2500 participants du FEM, leur suite, les soutiens logistiques et les milliers de policiers qui assurent une surveillance hyper serrée des lieux.

Coûteux

Si le FEM est une manne pour les hôteliers, les commerçants locaux et les résidants qui louent à prix prohibitif leur résidence secondaire, il est subitement devenu un événement beaucoup plus coûteux pour tous les participants qui y assistent régulièrement.

Franc fort

On le sait, le coût de la vie en Suisse est déjà parmi les plus élevés du monde. Avec un franc suisse qui, en l'espace d'une semaine, s'est apprécié de plus de 20% - parce que la Banque nationale suisse a décidé de ne plus le soutenir contre les autres grandes devises -, la facture est devenue encore plus salée...

Précieuse pizza

La pizza au fromage que je payais 20 francs l'an dernier me revenait à 23,20$CAN, ce qui n'était déjà pas donné pour une pizza qui ne s'offre aucune garniture. Le même objet rond m'a coûté 28,20$ hier. Les prix n'ont pas monté, mais le franc suisse, lui, fait dans l'escalade extrême.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer