Boston: les milliards de l'innovation

Le siège social de State Street situé au... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Le siège social de State Street situé au One Lincoln Street, à Boston.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Boston est reconnu depuis longtemps pour ses cerveaux. Mais depuis quelques années, la Mecque du savoir parvient aussi à commercialiser ses innovations avec un succès grandissant. Les retombées se calculent en milliards. Quels sont les ingrédients de cette recette gagnante?

Le siège social de Hopper est situé en plein coeur de Cambridge, dans une ancienne usine convertie en bureaux modernes. Dans un rayon de 500 mètres, on retrouve le Massachusetts Institute of Technology (MIT), le nouveau campus de Google et des centaines de start-ups spécialisées dans les hautes technologies ou les sciences de la vie.

C'est ici, dans cet épicentre mondial de l'innovation, que Frédéric Lalonde a choisi de déménager la firme techno qu'il a fondée à Montréal en 2007. Décontracté, en t-shirt, l'entrepreneur parle avec enthousiasme de sa décision de transférer ici les activités de Hopper il y a un peu plus de deux ans.

«Beaucoup de gens qui lancent leur entreprise demandent: est-ce que je devrais rester à Montréal? dit-il. La réponse est toujours: non, tu devrais partir. Je n'ai rien contre Montréal, mais j'ai vu trop de gens doués essayer de bâtir des trucs ou essayer de faire de l'engineering. Même si on a un produit qui aurait pu fonctionner, parce qu'il manque tout l'écosystème autour, c'est impossible de mettre en place les autres morceaux.»

Hopper, spécialisée dans le voyage, a bénéficié d'investissements de 22 millions avant même d'avoir un produit commercialisable. Les fonds de capital de risque ont vu un grand potentiel dans la gigantesque base de données que ses ingénieurs ont assemblée à l'aide d'algorithmes complexes. D'ici quelques mois, la société lancera une nouvelle application mobile qui pourrait révolutionner l'achat de billets d'avion.

Frédéric Lalonde insiste: seul Boston et une poignée de régions - la Silicon Valley, New York, Seattle - ont une «masse critique» suffisante de travailleurs de haut calibre pour avoir un écosystème high-tech fonctionnel. «À Montréal, il y en a du talent, tout comme au Bangladesh et au Népal. Des gens en Ukraine font des applications mobiles incroyables. Mais il faut qu'il y en ait assez pour être capable de bâtir une entreprise cohérente.»

***

La présence de milliers de cerveaux dans la région bostonienne n'est pas un fait nouveau. Depuis des décennies, il se fait des recherches de pointe au MIT, à Harvard et dans une centaine d'instituts et universités dotés de budgets à faire pâlir d'envie leurs confrères montréalais. Les chercheurs les plus talentueux du monde entier affluent ici pour parfaire leurs connaissances et développer des innovations. Au moment de notre passage, en pleine rentrée scolaire, de nombreux groupes d'étudiants arpentaient les rues de Cambridge avec un guide pour se familiariser avec le secteur.

Le changement majeur des dernières années repose dans la façon de commercialiser le fruit de toutes ces recherches. Boston a pris un véritable virage vers l'entrepreneuriat, qui s'est traduit par la création de centaines de start-ups. Les fonds de capital de risque investissent comme jamais dans ces «jeunes pousses» au potentiel élevé, comme Hopper.

Pendant les neuf premiers mois de cette année, ces fonds de capital de risque ont injecté 2,5 milliards dans les start-ups technos du Massachusetts, indiquent les données de la firme spécialisée CB Insight. C'est une hausse de 77 % par rapport à la même période l'an dernier, et de 168 % par rapport à 2009.

Pourquoi une telle effervescence? La longue déprime économique qui s'est étirée ici jusqu'au début des années 2000 a sans aucun doute agi comme bougie d'allumage, croit Eric Nakajima, responsable des politiques d'innovation à l'Executive Office of Housing and Economic Development, organisme de l'État.

«Le plus grand incitatif du succès entrepreneurial est le besoin, un besoin urgent de résoudre un problème... ou encore de mettre de la nourriture sur la table», illustre M. Nakajima, dans son bureau qui offre une vue à couper le souffle du port de Boston.

L'élection du gouverneur démocrate Deval Patrick à la tête du Massachusetts en 2006 est aussi souvent citée comme un facteur déterminant. Cet ancien homme d'affaires, qui a roulé sa bosse dans plusieurs sociétés du Fortune 500, a placé la création de la richesse en tête de ses priorités. Sous sa gouverne, l'État a notamment mis en place un fonds de 1 milliard destiné aux biotechnologies, en plus d'épauler une foule d'autres mesures du secteur privé.

«Ce que le gouvernement du Massachusetts a fait de plus important depuis 10 ans est d'agir comme courroie de transmission, en amenant à la même table universités, gouvernements et le secteur privé», explique Jerry Bird, président de Mass Ventures, qui finance des start-ups dans la région de Boston.

***

En parallèle, plusieurs «incubateurs» de jeunes PME ont vu le jour. Mass Challenge, considéré comme le plus important «accélérateur d'entreprises» du monde, épaule chaque année 128 entrepreneurs en leur fournissant des conseils sur le financement, le marketing, les services juridiques, etc. Depuis sa fondation en 2010, l'organisme a accompagné 489 start-ups, qui ont obtenu 554 millions en financement. Plus de 4000 emplois ont été créés dans la foulée.

Le MIT Deshpande Center for Technological Innovation, fondé en 2002, finance de son côté entre 7 et 10 projets de recherche chaque année. La trentaine d'entreprises créées depuis ont généré des investissements de plus d'un demi-milliard. «C'est très significatif», souligne Leon Sandler, directeur général du centre, rencontré dans son bureau austère du MIT.

Les tentacules de l'écosystème des start-ups s'étendent jusque dans les cabinets d'avocats de Boston, dont plusieurs se sont spécialisés dans l'incorporation et le financement des jeunes entreprises. Ces firmes reportent la facture jusqu'à ce que les entrepreneurs trouvent des investisseurs - et acceptent l'idée que plusieurs seront incapables de rembourser.

«La chose la plus difficile pour un cabinet est de décrocher un nouveau client, explique Leon Sandler. Si un avocat fait pour 30 000 $ de travail juridique pour une jeune entreprise sortie du MIT, il court un risque. Mais si cette entreprise obtient 5 millions en financement, il sera remboursé. Et il aura décroché un client pour la vie. C'est une pratique très courante ici.»

Enfin, l'État du Massachusetts a placé les immigrants à l'avant-plan de sa stratégie de relance économique. Le «mois de l'entrepreneuriat immigrant» a ainsi été créé il y a quatre ans, pour souligner les retombées de 2,8 milliards générées chaque année par les entreprises de ces nouveaux venus. Cela équivaut à 14 % du produit intérieur brut de l'État.

2,47
milliards
Somme investie dans des start-ups technos du Massachusetts par les firmes de capital de risque pendant les neuf premiers mois de 2014
+77 %
Hausse sur un an
+ 168 %
Hausse depuis 2009
272
Nombre de transactions (financement) prévues en 2014
+17 %
Hausse sur un an

Cinq innovations nées à Boston

Des milliers d'inventions sont sorties des laboratoires bostoniens au fil des ans. Plusieurs se sont transformées en entreprises multimilliardaires, et d'autres présentent un fort potentiel de croissance. En voici cinq.

BiOM

C'est la première «jambe bionique» pour les amputés. La prothèse BiOM a été conçue par le Dr Hugh Herr, lui-même amputé, au Media Lab du MIT. Elle a abouti sur le marché en 2011. Cette jambe mécanisée reproduit les caractéristiques des muscles et des tendons de la cheville, ce qui donne à l'utilisateur une expérience quasi humaine, à toutes les vitesses de marche. Le produit est commercialisé par la firme iWalk.

Kindle

Les «liseuses» comme le Kindle d'Amazon et le Sony Reader se sont multipliées depuis 10 ans. Eh bien, ces tablettes n'auraient jamais pu voir le jour sans le «papier électronique» mis au point au Media Lab du MIT. Les inventeurs de ce produit ont fondé E Ink Corporation en 1997, devenu depuis le plus important fournisseur du monde dans son domaine. La société a été rachetée par un groupe de Taiwan pour 215 millions US.

Guitar Hero

Devenir une vedette du rock le temps d'une soirée? C'est ce qu'ont promis - et livré - les fondateurs de la firme Harmonix à des millions de clients, avec les célèbres jeux vidéo Guitar Hero et Rock Band. Alex Rigopulos et Eran Egozy ont développé leur concept interactif au MIT dans les années 90, lequel a évolué pendant les 10 années suivantes pour donner naissance à l'un des jeux vidéo les plus populaires de l'histoire.

Trip Advisor

Magasiner soi-même ses billets d'avion ou son hôtel est aujourd'hui bien ancré dans les moeurs. Mais en 2000, au lancement de Trip Advisor à Boston, le pari était risqué. Fondée avec un investissement initial de 4 millions, l'entreprise vaut plus de 12 milliards à la Bourse NASDAQ. Le site est aujourd'hui le plus consulté dans le monde, avec 280 millions de visiteurs uniques par mois.

Hiriko

Après les vélos pliables, la voiture rétractable. La petite Hiriko, un véhicule électrique de deux places, a été développée dans les années 2000 par des chercheurs du Media Lab du MIT. Une fois pliée, la microvoiture occupe un espace réduit, au point où on peut en garer trois dans une seule place de stationnement. Un projet-pilote de commercialisation a été lancé en 2012 au Pays basque, en Espagne.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer