Source ID:; App Source:

Zone euro: la reprise a du plomb dans l'aile

Le Produit intérieur brut de la zone euro... (PHOTO DANIEL ROLAND, AFP)

Agrandir

Le Produit intérieur brut de la zone euro a stagné au deuxième trimestre, après avoir timidement avancé de 0,2% en début d'année.

PHOTO DANIEL ROLAND, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aurélie Mayembo
Agence France-Presse
Bruxelles

Un an après sa sortie de récession, la zone euro affiche une croissance au point mort, avec un moteur franco-allemand en panne et un risque de basculer en déflation, signe que la reprise a sérieusement du plomb dans l'aile.

Le Produit intérieur brut de la zone euro a stagné au deuxième trimestre, après avoir timidement avancé de 0,2% en début d'année. La faiblesse des investissements et des exportations semblent en cause. Au même moment, le ralentissement de l'inflation, à 0,4% en juillet, a été confirmé.

C'est une douche froide pour les analystes qui pariaient sur une croissance faible, mais pas complètement à l'arrêt au deuxième trimestre.

«Après six trimestres de croissance négative, et quatre trimestres de croissance positive jusqu'en début d'année, le risque est que la zone euro replonge en récession», avance Simon Smith de FX Pro. Surtout que la crise ukrainienne et les retombées des sanctions russes à l'encontre de l'Europe risquent d'assombrir les perspectives pour le reste de l'année.

Une accélération de la croissance au second semestre «aurait été notre scénario s'il n'y avait pas des tensions géopolitiques qui distillent une dose d'incertitude», confirme Peter Vanden Houte de la banque ING, qui ne croit plus à une croissance d'au moins 1% cette année pour la région.

Un noyau dur à la peine

Au deuxième trimestre, c'est la très mauvaise performance de l'Allemagne qui a pesé, en plus de surprendre. Le traditionnel moteur économique de la zone euro a vu son activité se contracter de 0,2% après un bond de 0,8% en début d'année. Fait notable: l'Allemagne a ainsi fait moins bien que la France dont l'économie stagne depuis le début de l'année.

Si ce passage à vide ne devrait être que temporaire, le tableau est sombre pour l'ensemble de la région, entre une Italie retombée en récession et une France embourbée dans la croissance zéro.

«La seule lueur d'espoir vient d'Espagne, qui a affiché une croissance de 0,6%, même s'il y a des doutes là aussi sur la durabilité de la reprise», souligne Jonathan Loynes de Capital Economics.

«C'est la bonne surprise du moment», renchérit Bruno Cavalier d'Oddo Securities. «On a l'image d'un pays qui, forcé à des ajustements profonds par la crise financière, a restauré sa compétitivité et remis en route son économie. Tout n'est pas rose néanmoins dans l'économie espagnole».

La croissance est également repartie au Portugal (+0,6% après un trou d'air en début d'année) et aux Pays-Bas (+0,5% après un repli de 0,4%), signe que les pays du noyau dur de la zone euro ne jouent plus systématiquement le rôle de moteur.

Pour la Commission européenne, le constat est simple: «les pays qui ont entrepris des réformes en profondeur ont une croissance plus solide que ceux qui ont été plus timorés», a commenté jeudi un porte-parole, en appelant à maintenir le cap des réformes.

Demande de souplesse

Une réponse indirecte à la France qui, confrontée à une avalanche de mauvaises nouvelles, ne croit plus aux objectifs de réduction budgétaire qu'elle s'est fixés.

Le ministre des Finances Michel Sapin a ainsi revu à 0,5% la prévision de croissance pour cette année (contre 1% espéré) et prévenu que le déficit public dépasserait 4% du PIB cette année, au lieu des 3,8% espérés, ce qui éloigne encore plus la possibilité de revenir sous 3% en 2015, comme convenu avec Bruxelles.

La France a lancé au début de l'été une offensive, avec l'Italie, pour desserrer le carcan budgétaire européen. Après un sévère rappel à l'ordre de Berlin, Paris et Rome ont dû se contenter d'une solution a minima proposant d'explorer toutes les possibilités du pacte de stabilité.

Paris plaide également pour une action plus énergique de la BCE afin de stimuler la croissance et lutter contre le risque de déflation, qui menace de gripper encore un peu plus la machine économique. Là encore, elle risque d'être déçue.

Après avoir déployé un arsenal de mesures en juin, l'institut monétaire ne devrait plus agir jusqu'à la fin de l'année, le temps de voir si son action porte ses fruits.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer