Standard and Poor's est l'agence de notation dont les évaluations pour la dette des Etats ont le plus de répercussions sur les marchés financiers, indique une étude de trois économistes du Fonds monétaire international publiée mardi.

Publié le 29 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette conclusion provient d'une comparaison des effets sur quatre marchés (actions de banques, actions d'assureurs, indices boursiers et CDS, les dérivés de crédit assurant contre la défaillance d'un Etat) des changements de note ou de perspectives de 20 pays européens et d'Asie centrale entre octobre 2006 et avril 2010.

«Les marchés financiers sont, de fait, sélectifs dans la façon dont ils réagissent aux nouvelles en provenance des différentes agences de notation», écrivent ces économistes, qui se disent les premiers à se pencher sur la question concernant les pays développés.

«Les annonces de S&P ont des conséquences étendues en termes de répercussions transfrontalières, par rapport à celles de Moody's et Fitch. Les annonces de Fitch ont le moins de répercussions transfrontalières», concluent-ils à partir de données de marché.

«Les effets transfrontaliers des annonces de Fitch sont par ailleurs restreints aux écarts de taux sur les CDS d'Etats, tandis que S&P et Moody's ont des répercussions sur d'autres marchés financiers. Cela pourrait s'expliquer par l'antériorité de S&P et Moody's comparée à Fitch», ont ajouté les auteurs.

Standard and Poor's a inventé la notation des Etats dans les années 1920. Moody's, doyenne des agences de notation, s'y est mise en 1949, et Fitch en 1994.