Le Japon est resté de justesse la deuxième économie mondiale en 2009, devant la Chine, malgré une forte récession causée par la crise financière mondiale, a annoncé lundi le gouvernement nippon.

Mis à jour le 14 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le produit intérieur brut (PIB) japonais s'est contracté de 5,0% en termes réels en 2009, la plus forte baisse depuis 1955, à cause d'un premier trimestre catastrophique au cours duquel l'économie du pays a encaissé à plein le choc de la crise mondiale.

La croissance au quatrième trimestre a toutefois été légèrement plus robuste que prévu (+1,1% par rapport au trimestre précédent, ou +4,6% en rythme annualisé) grâce à des plans de relance massifs qui ont favorisé le rétablissement des exportations, de l'investissement et de la consommation.

Avec un PIB nominal de 474 924 milliards de yens (5.075 milliards de dollars) en 2009, le Japon a conservé de justesse sa place de deuxième économie mondiale devant la Chine, dont le PIB nominal a atteint l'an dernier 33 500 milliards de yuans (4900 milliards de dollars).

La plupart des économistes s'attendent cependant à ce que la Chine dépasse le Japon dès 2010 ou 2011. Après la récession de 2009, l'économie nippone devrait connaître une croissance modeste en 2010. Tandis que la croissance chinoise a atteint 8,7% en 2009 et devrait rester vigoureuse en 2010.

Le Japon avait atteint le rang de deuxième économie mondiale, derrière les Etats-Unis, en 1968, moins d'un quart de siècle après avoir été réduit en cendres pendant la Seconde guerre mondiale.

Selon Mari Iwashita, chef économiste à Nikko Cordial Securities, les chiffres de la croissance japonaise au quatrième trimestre montrent que le Japon ne va pas replonger dans le récession.

«Le rythme de la croissance devrait toutefois ralentir en début d'année, car des piliers de l'économie, comme la consommation, sont largement soutenus par les politiques gouvernementales», a affirmé l'économiste.

Pour le trimestre d'octobre à décembre, les exportations ont augmenté de 5,0% par rapport au trimestre précédent, l'investissement en capital des entreprises de 1,0% et la consommation des ménages de 0,7%.

Le gouvernement japonais a lancé à la fin 2009 un nouveau plan de relance massif, qui comprend notamment 4200 milliards de yens (34 milliards d'euros) d'aides à l'emploi, de subventions aux appareils ménagers et aux nouveaux immeubles respectueux de l'environnement, ou de soutien à l'achat de voitures économes en carburant.