Source ID:b5f435e6-fc65-4080-82aa-3a8fc35abffc; App Source:alfamedia

Terrains de la gare Viger: plus de 300 logements locatifs seront construits

Lorsque le projet sera terminé, 332 nouveaux logements... (Illustration fournie par Groupe Jesta)

Agrandir

Lorsque le projet sera terminé, 332 nouveaux logements locatifs seront disponibles dans l'est du Vieux-Montréal.

Illustration fournie par Groupe Jesta

Le discret propriétaire de la gare Viger, à la limite nord-est du Vieux-Montréal, construira plus de 300 appartements locatifs dans les prochains mois. Il s'agit du principal volet d'un investissement de 300 millions visant à densifier le terrain de stationnement entourant l'ancienne gare ferroviaire, devenu immeuble de bureaux.

Les travaux débuteront à l'automne, indique le propriétaire Groupe Jesta, et les logements seront habitables à la fin de l'été 2020.

Lorsque le projet sera terminé, 332 nouveaux logements locatifs seront disponibles dans l'est du Vieux-Montréal. L'offre sera concentrée autour de studios et de 3 ½, mais quelques 5 ½ et 4 ½ seront aussi offerts. Le Groupe Jesta veut répondre à une demande encore insatisfaite, puisque le quartier est composé majoritairement de copropriétés.

« C'est pour les gens qui ne veulent pas avoir de condo, qui ne veulent pas assumer la responsabilité d'être propriétaire, mais qui veulent profiter du même style de vie, des installations et de la même qualité de propriété », explique Éric Charette Valois, gestionnaire marketing pour le Groupe Jesta, en entrevue avec La Presse.

Les futurs locataires de la gare Viger pourront profiter d'un gymnase et d'une piscine sur le toit avec une vue spectaculaire sur le centre-ville et le fleuve Saint-Laurent. Éric Charette Valois souligne que le locatif est une grande tendance sur le marché, puisque les gens sont moins sédentaires, changent d'emploi plus souvent, et que la nouvelle génération n'a pas les moyens de devenir propriétaire à cause du prix élevé des maisons.

Ces nouveaux logements font partie d'un projet de trois immeubles à construire dans lesquels se retrouveront des bureaux, un hôtel de 175 chambres, des restaurants et un marché d'alimentation. L'ensemble du projet est évalué à 300 millions de dollars.

Le Groupe Jesta, propriétaire du site depuis 2012, s'occupera lui-même de la location des logements. Il possède des hôtels aux États-Unis, en France, en Allemagne et à Montréal.

Jesta ne veut pas préciser les prix des loyers de tous ses appartements, mais affirme qu'ils seront concurrentiels. Selon Éric Charette Valois, les plus petites unités, les studios, seront loués environ 1000 $ par mois avec les électroménagers inclus. Les autres logements devraient suivre la tendance du marché.

« On veut offrir un produit similaire à celui d'un condo en termes de qualité d'installation, mais pour un prix de locatif avantageux. » - Éric Charette Valois

CONSULTATION DU VOISINAGE

Pour s'assurer d'offrir un projet immobilier qui représente bien les besoins du quartier, le Goupe Jesta a effectué un sondage auprès des propriétaires de copropriétés, du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et des employés qui travaillent dans les bureaux actuels de la gare Viger. Même si la majorité des logements sera louée à long terme, le Groupe Jesta considère de la location à court terme pour répondre aux besoins du CHUM.

« On est très heureux de les avoir à côté de nous, soutient Irène Marcheterre, directrice des communications au CHUM. Ils nous ont dit qu'ils allaient développer un petit marché public, des restaurants. Pour nous, c'est intéressant, parce qu'il n'y a pas beaucoup de choses pour les gens qui viennent au CHUM, les employés et les gens qui accompagnent les patients. »

LOGEMENTS TROP CHERS

De son côté, le Comité de logement Ville-Marie déplore que le projet de la gare Viger comporte peu ou pas de logements abordables pour les familles. Selon le Comité, l'embourgeoisement du centre-ville se poursuit et, bientôt, il ne sera peuplé que de jeunes professionnels et de personnes retraitées en moyens.

« C'est vraiment très dommage qu'un site qui appartenait à la Ville de Montréal aboutisse finalement en un projet privé sans aucune unité de logement social, affirme Éric Michaud, coordonnateur au Comité logement Ville-Marie, en entrevue avec La Presse. C'est déplorable. C'est sûr que les gens qu'on représente ne sont pas capables de se payer des logements de ce prix-là. »

Selon les données de Statistique Canada, 73 % des résidants de l'arrondissement de Ville-Marie sont locataires et 43 % d'entre eux consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger.

En 2015, Le Groupe Jesta a fait une contribution à la Ville de Montréal  de 930 000 $ destinée au support et à la subvention des initiatives de logements sociaux entrevus par la Ville.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer