Le marché canadien de l'habitation est confronté à un niveau élevé de vulnérabilité pour un huitième trimestre consécutif, a souligné jeudi la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

LA PRESSE CANADIENNE

La société d'État a attribué cette vulnérabilité à la surévaluation et à l'accélération des prix à Toronto, Vancouver, Victoria et Hamilton.

Les marchés d'Edmonton, de Calgary, de Saskatoon et de Regina ont été classés comme ayant des niveaux de vulnérabilité modérés, tandis que ceux de Winnipeg, de Montréal et de Halifax sont parmi les moins à risque.

La SCHL dit observer des signes de surchauffe modérée à Vancouver, même si la croissance des prix a ralenti au cours des deux derniers trimestres et que les maisons individuelles de certains secteurs connaissent une baisse de prix.

À Toronto, la SCHL souligne que le volume de ventes a continué de baisser au premier trimestre, bien en deçà du seuil de surchauffe.

Le rapport trimestriel de la SCHL porte attention à la surchauffe, l'accélération du prix des maisons, la surévaluation et la construction excessive pour évaluer les marchés immobiliers du pays.