Source ID:; App Source:

Courtage immobilier: le Québec et le Canada enterrent la hache de guerre

Moins d'un mois après leur retrait de l'Association... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Moins d'un mois après leur retrait de l'Association canadienne de l'immeuble, les chambres immobilières de Montréal et Québec ont conclu une entente en vue de réintégrer le regroupement.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Le divorce entre les courtiers immobiliers québécois et leurs confrères du reste du Canada aura à peine eu le temps d'être prononcé que, déjà, l'heure est à la réconciliation.

Moins d'un mois après leur retrait de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), les chambres immobilières de Montréal et Québec ont conclu une entente en vue de réintégrer le regroupement. Ces 11 500 membres québécois pourront ainsi continuer à afficher leurs inscriptions sur le populaire site web realtor.ca.

«Au final, à mon avis, les membres sortent avec une entente avantageuse», a fait valoir à La Presse Affaires Patrick Juanéda, président de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Le torchon brûlait depuis quelques années déjà entre les courtiers québécois et l'ACI. Parmi les principaux irritants, la CIGM - qui regroupe à elle seule 10 000 membres - dénonçait le fait que des courtiers de l'extérieur de la province puissent inscrire des propriétés québécoises sur le site realtor.ca.

Ces courtiers parvenaient ainsi à se soustraire aux règles de courtage du Québec, plus sévères que celles du reste du pays, notamment en matière de divulgation de l'information. «Ça, c'était le problème majeur», a expliqué hier M. Juanéda.

En vertu de l'entente de principe conclue cette semaine, les agents immobiliers de l'extérieur de la province ne pourront plus afficher de propriétés québécoises sur le site realtor.ca. Un mécanisme permanent sera mis en place pour les empêcher de contourner le système, affirme-t-on.

L'entente prévoit aussi une réduction de la cotisation annuelle à l'ACI pour les membres du Québec. Comme ceux-ci paient pour une campagne nationale de publicité dont ils ne bénéficient pas, leurs frais passeront de 310$ à 225$.

La bisbille avec l'ACI a causé une division marquée chez les courtiers québécois. Plusieurs d'entre eux - ainsi que leurs clients - craignaient de perdre en visibilité avec la disparition des propriétés du site realtor.ca. Les autres arguaient que le site québécois centris.ca leur offrait une vitrine tout aussi efficace.

Quoi qu'il en soit, l'entente intervenue avec l'ACI sera soumise aux membres des chambres immobilières de Québec et Montréal, la semaine prochaine, pour une consultation internet.

Les présidents des chambres de Québec et Montréal ainsi que la présidente de l'ACI, Lauren Leyser, ont expédié hier une note à tous les membres québécois pour vanter leur entente de principe. «Nous croyons d'ailleurs que l'entente sera positive pour tous les courtiers immobiliers québécois et espérons que les autres chambres du Québec qui ont quitté l'ACI imiteront Québec et Montréal.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer