Un économiste à l'emploi d'une des plus importantes banques du Canada croit que le ralentissement anticipé du marché immobilier ne sera peut-être pas aussi profond ou de longue durée que certains le craignent.

Publié le 23 août 2012
LA PRESSE CANADIENNE

Benjamin Tal, économiste en chef adjoint de Marché des capitaux CIBC [[|ticker sym='T.CM'|]], affirme que les forces démographiques limiteront les dégâts au cours de la prochaine décennie.

M. Tal explique qu'il y aura moins de Canadiens âgés de moins de 25 ans ou de 45 à 54 ans, et que ces groupes ne représentent qu'un faible pourcentage des acheteurs.

En revanche, le groupe des Canadiens âgés de 25 à 34 ans - ceux qui représentent la vaste majorité des premiers acheteurs - continuera à grossir. La croissance du marché immobilier pourrait même être encore plus robuste en raison de l'immigration, a-t-il prédit.

Règle générale, dit M. Tal, la croissance démographique de la prochaine décennie sera de 0,9%, soit essentiellement la même croissance que celle constatée au cours des dix dernières années - une période de performance robuste sur le marché immobilier et d'augmentation marquée du prix des maisons.