Six ans. C'est le temps qu'aura fonctionné l'usine d'Electrolux à Memphis, qui a remplacé l'usine de L'Assomption au Québec.

VINCENT BROUSSEAU-POULIOT LA PRESSE

En juillet 2014, l'usine Electrolux fermait son usine à L'Assomption. Près de 1300 travailleurs québécois perdaient leur emploi. L'État du Tennessee avait allongé 188 millions US en subventions et aide publique à Electrolux pour que l'entreprise construise une nouvelle usine à Memphis, plutôt que de garder celle sur le sol québécois.

L'usine de Memphis connaîtra finalement le même sort que celle de L'Assomption : Electrolux a annoncé hier sa fermeture en 2020. Les 530 travailleurs qui y travaillent perdront leur emploi dans deux ans. Electrolux, un fabricant suédois d'électroménagers qui produit notamment la marque Frigidaire, a décidé de transférer la production de son usine de Memphis vers une autre de ses usines au Tennessee, à Springfield. Aucun nouvel emploi ne sera créé.

Il y a quatre ans, le Tennessee avait déboursé 188 millions US pour attirer les travailleurs d'Electrolux à Memphis. Une somme énorme compte tenu du fait qu'il s'agit d'emplois à 14 $US l'heure. Devant une telle somme, le gouvernement du Québec avait estimé qu'il était « impossible [...] de participer à une surenchère », avait déclaré à l'époque Clément Gignac, ministre du Développement économique du gouvernement Charest.

Selon le contrat avec le Tennessee, Electrolux ne devrait pas avoir à rembourser un cent des subventions en cas de fermeture de l'usine, dont la construction a coûté environ 190 millions. Les gouvernements du Tennessee ont payé 137 millions et Electrolux environ 60 millions, selon le quotidien Memphis Commercial Appeal. Au départ, l'usine de Memphis devait compter 1200 travailleurs ; elle en compte actuellement 530.

Memphis au lieu de L'Assomption

Electrolux a choisi de quitter L'Assomption pour Memphis en décembre 2010. En 2014, l'usine fermait et la nouvelle commençait à produire des électroménagers de cuisine. Puis, en 2016, les employés de l'usine de Memphis se sont syndiqués. Selon le Memphis Commercial Appeal, le syndicat des employés indiquait que l'entreprise lui avait assuré que sa décision de fermer l'usine n'était pas liée à la syndicalisation des travailleurs.

Le maire de Memphis Jim Strickland a appris la nouvelle en même temps que les travailleurs d'Electrolux et ses concitoyens. « Apprendre cette nouvelle dans un communiqué de presse alors qu'on m'a dit il y a un mois que l'usine n'allait pas fermer, c'est très décevant », a indiqué M. Strickland.

Electrolux estime qu'il lui faudra investir 250 millions US pour moderniser la production de son usine créée il y a 45 ans à Springfield, au Tennessee.

- Avec Associated Press