Comment les ennuis financiers d'une petite entreprise de Drummondville risquent de toucher Carey Price, son adjoint Al Montoya, ainsi que plusieurs autres gardiens de la LNH.

Mis à jour le 13 oct. 2016
Richard Dufour LA PRESSE

ACM COMPOSITES

L'entreprise de Drummondville ACM Composites, spécialisée dans la fabrication de bâtons de hockey en composite et en base de mousse (foam) pour gardiens de but, éprouve des ennuis financiers qui forcent un arrêt de sa production et la poussent au bord de la faillite. Fondée il y a une trentaine d'années, l'entreprise a informé vendredi dernier ses quelque 75 employés restants que les activités cessaient. L'entreprise fabriquait aussi des pièces et matériaux destinés au secteur industriel. CCM, Reebok, Bombardier, BRP, Alstom, GE, Kawasaki, General Dynamics et Volvo sont tous mentionnés comme étant des clients sur le site internet d'ACM. La mise en faillite officielle pourrait survenir d'ici demain.

PEU D'ESPOIR

« La mise en faillite officielle est retardée de quelques jours parce qu'on tente de trouver des acheteurs pour la division de fabrication de matériaux composites pour le secteur industriel », dit Benoît Fontaine, de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, qui agit comme consultant pour le créancier garanti Desjardins. Il dit fonder peu d'espoirs sur l'avenir des activités de fabrication de bâtons de hockey d'ACM, qui sont vraisemblablement abandonnées. Une restructuration effectuée au cours des derniers mois chez ACM avait déjà réduit le nombre d'employés et de produits fabriqués, indique Benoît Fontaine.

« Ça nous pose d'énormes problèmes. » - Philippe Dubé, président de CCM-Reebok

SITUATION DÉLICATE POUR CCM-REEBOK

CCM-Reebok se retrouve dans une position critique, car elle fait fabriquer ses bâtons de gardiens par ACM. Le président de CCM-Reebok, Philippe Dubé, dit avoir été mis au courant d'un « arrêt immédiat de l'activité » chez ACM juste avant le début du long week-end de l'Action de grâce. CCM-Reebok est une filiale du géant mondial Adidas et Philippe Dubé soutient que la majorité des gardiens de but de la LNH jouent avec des bâtons CCM-Reebok. « Nous fournissons aussi les gardiens de la Ligue américaine de hockey et de la Ligue canadienne de hockey. »

GARDIENS DE LA LNH QUI JOUENT AVEC DES BÂTONS CCM-REEBOK

• Carey Price, Montréal

• Al Montoya, Montréal

• Roberto Luongo, Floride

• Ryan Miller, Vancouver

• Jake Allen, St. Louis

• Corey Crawford, Chicago

• Braden Holtby, Washington

ANNONCE-SURPRISE

« Nous avons été pris par surprise, indique Philippe Dubé, de CCM-Reebok. Nous tentons maintenant de voir si c'est possible de prolonger un peu la production. Nous sommes prêts à faire des efforts financiers pour maintenir l'activité un peu plus longtemps, au moins afin d'assurer un stock minimum suffisant pour les hockeyeurs professionnels. » Il espère des nouvelles avant la fin de la semaine. Trouver un autre endroit pour fabriquer ces bâtons ne semble pas facile. « Ça ne se fait pas en trois jours. Il n'y a pas d'autres possibilités pour nous au Canada », dit-il.

PETIT MARCHÉ

« Il n'y a pas beaucoup de fabricants de bâtons de ce type dans le monde. J'en connais un en Ukraine et on a pris contact avec eux », souligne Philippe Dubé. « Ils ont beau avoir une technologie similaire, il faut quand même refaire les moules, il faut qualifier le fournisseur pour qu'il soit autorisé à fabriquer pour nous. Nous avons des contraintes environnementales et sociales très fortes dans le groupe Adidas. L'industrie du hockey est petite. Celle du bâton de gardien est encore plus petite, surtout avec la technologie utilisée chez ACM. On parle d'un très petit marché qui ne nécessite pas que plusieurs industriels travaillent là-dessus. »

LES EXIGENCES DES GARDIENS

« Les hockeyeurs professionnels, c'est de la Formule 1, explique le président de CCM-Reebok. On tente toujours d'améliorer leur produit. Il suffit qu'on valide un nouveau design ou un changement avec un gardien de but professionnel pour qu'on doive commander de nouveaux bâtons. » L'entreprise est en contact avec les fabricants de ses autres bâtons de hockey, mais la technologie utilisée par ACM pour les bâtons de gardien de CCM-Reebok n'est pas la même. 

« Il y a des technologies alternatives, mais un gardien n'est pas forcément prêt à changer de technologie du jour au lendemain. » - Philippe Dubé, président de CCM-Reebok

« PRODUCTION EXCESSIVE »

Le nombre excessif de bâtons de hockey mis sur le marché au cours des deux dernières années est un facteur significatif derrière l'affaissement des activités chez ACM, selon l'homme d'affaires sherbrookois Graeme Roustan, qui connaît bien l'industrie pour avoir été président du conseil de Bauer de 2008 à 2012. La situation aurait entraîné une baisse des commandes cette année. Graeme Roustan a d'ailleurs eu des discussions avec les gens d'ACM dans les derniers jours.

« J'ai fait plus d'une offre qui aurait permis de sauver des emplois, mais elles ont été rejetées. J'espère que Desjardins et le séquestre Raymond Chabot Grant Thornton trouveront une façon de préserver les importants emplois manufacturiers chez ACM. » - Graeme Roustan, ancien-président du conseil de Bauer

Il n'a pas été possible de parler avec la direction d'ACM Composites hier.