Source ID:140662; App Source:cedromItem

CAE dans la ligne de mire de Lockheed Martin

Au cours des six premiers mois de l'année,... (Photo fournie par Lockheed Martin)

Agrandir

Au cours des six premiers mois de l'année, Lockheed Martin Commercial Flight Training (LMCFT) a reçu des commandes pour 10 simulateurs complets.

Photo fournie par Lockheed Martin

Sylvain Larocque
La Presse

Depuis quelques mois, le fabricant montréalais de simulateurs de vol CAE (CAE) fait face à une concurrence accrue de la part d'un géant américain aux poches profondes: Lockheed Martin (LM).

Au cours des six premiers mois de l'année, Lockheed Martin Commercial Flight Training (LMCFT) a reçu des commandes pour 10 simulateurs complets. Pendant la même période, CAE, qui domine le marché depuis des années, en a vendu à peine plus: 13. Parmi les clients de Lockheed, on compte le constructeur européen Airbus, filiale de la compagnie aérienne japonaise ANA et le transporteur régional américain Frontier.

Lockheed Martin, surtout connue pour ses produits militaires, est entrée dans le marché des simulateurs civils en faisant l'acquisition, en 2011, de la firme néerlandaise Sim-Industries. Pendant trois ans, la filiale s'est affairée à accroître sa gamme de produits tout en réalisant quelques ventes à des clients comme FedEx, Aeromexico et Lufthansa Flight Training.

Les simulateurs de Lockheed sont relativement peu coûteux à acquérir et à entretenir, soutient dans un courriel Neal Tomblyn, directeur du développement des affaires et de la stratégie pour LMCFT. Il ajoute que les clients commerciaux peuvent bénéficier de la vaste expérience militaire et de la grande capacité de soutien technique de Lockheed.

«Aucune entreprise ne forme plus de pilotes que Lockheed Martin, affirme M. Tomblyn. Nous appliquons à l'aviation commerciale nos décennies d'expérience à titre de chef de file de la formation militaire dans le monde.»

Dans son usine de Sassenheim, située près de l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, Lockheed fabrique des simulateurs pour les avions les plus populaires de Boeing et d'Airbus, dont l'A320, l'A330, le 737, le 767, le 777 et le 787. La gamme de CAE reste beaucoup plus étendue, couvrant autant les grands avions de ligne que les avions régionaux, les jets d'affaires et même les hélicoptères.

CAE peu inquiète

Chez CAE, on reste coi devant l'émergence de ce concurrent. Au cours des 10 dernières années, l'entreprise a reçu pas moins de 70% de toutes les commandes de simulateurs passées dans le monde.

«Nous sommes le chef de file de l'industrie, mais cela ne nous empêche pas de nous adapter à l'évolution du marché pour creuser encore plus l'écart avec nos concurrents», souligne une porte-parole de CAE, Pascale Alpha, au cours d'un entretien téléphonique. Elle cite en particulier la nouvelle famille de simulateurs 7000XR, qui offre des améliorations sur le plan des coûts d'exploitation, du réalisme, de l'ergonomie et de la connectivité avec les appareils mobiles. «C'est la nouvelle référence de l'industrie», assure Mme Alpha.

Rappelons que l'arrivée du 7000XR, qui est plus facile à assembler que les modèles antérieurs de simulateurs, se traduira par la suppression de 350 postes chez CAE, dont 280 dans la région de Montréal.

Pascale Alpha précise par ailleurs que CAE et Lockheed Martin sont souvent des partenaires et non des concurrents dans le domaine militaire. En 2010, Lockheed a accordé un contrat de 90 millions à CAE pour la formation des techniciens de maintenance de son avion de transport CC-130J Hercules au Canada. Aux États-Unis, CAE est responsable de la fabrication des dispositifs d'entraînement au vol pour les hélicoptères MH-60R construits par Sikorsky et équipés par Lockheed.

Lockheed Martin exploite des centres de formation en aviation commerciale au Brésil et en Corée du Sud. De son côté, CAE offre de la formation civile et militaire dans 67 établissements dans le monde. L'entreprise forme chaque année quelque 120 000 pilotes et membres d'équipage. En 2014-2015, CAE a vendu 41 simulateurs comparativement à 48 l'année précédente, un record absolu.

D'autres poids lourds

Notons que d'autres géants industriels américains ont récemment investi le secteur de la simulation, souhaitant tirer profit de la forte croissance de l'aviation commerciale prévue au cours des prochaines années et contrer le ralentissement de l'activité militaire.

L'an dernier, Textron a créé la division TRU Simulation + Training pour regrouper quatre firmes acquises depuis 2007, dont la montréalaise Mechtronix en 2013. Dans les six premiers mois de 2015, TRU a enregistré des commandes pour six simulateurs conçus pour les avions 737 MAX, A320 et A350. Ils seront fabriqués à Montréal. Un autre poids lourd américain, L-3 Communications, a acquis en 2012 la filiale de simulation du groupe français Thales. Rebaptisée L-3 Link Simulation&Training, la division a également vendu six simulateurs pendant le premier semestre de cette année.

Quant à FlightSafety International, qui appartient au conglomérat Berkshire Hathaway de Warren Buffett, elle est surtout présente dans l'aviation d'affaires et régionale.

SIMULATEURS CIVILS EN SERVICE DANS LE MONDE

> CAE: 659

> FlightSafety International: 331

> L-3 Link Simulation&Training: 282

> Lockheed Martin Commercial Flight Training: 54

> TRU Simulation + Training: 46

> Autres fabricants: 100

Total: 1472

Source: Civil Aviation Training Magazine




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer