Après le café Nespresso, avec lequel Nestlé a remporté un vif succès, le géant de l'alimentaire suisse s'attaque au secteur très convoité des bébés, en dévoilant mercredi son lait en dosettes pour nouveaux-nés.

Publié le 25 mai 2011
André Lehman AGENCE FRANCE-PRESSE

Nestlé a ainsi présenté aux médias «des formules infantiles en portions individuelles pour nourrissons et enfants en bas âge jusqu'à trois ans».

Derrière cette explication commerciale se cache un appareil qui ressemble au premier coup d'oeil à la célèbre machine Nespresso, un système de café en dosettes qui a permis à Nestlé d'engranger l'année dernière un chiffre d'affaires de 3 milliards de francs suisses (2,3 milliards d'euros).

Le groupe helvétique, dont le produit historique est le lait en poudre pour bébés, a développé une machine semblable surnommée «Babynes», mais qui utilise des capsules de lait en poudre au lieu du café.

Ces dosettes, déclinées en six gammes en fonction de l'âge de l'enfant, disposent d'un code barre et d'un filtre intégré pour garantir une meilleure sécurité d'utilisation, a assuré le directeur de l'unité Babynes, Martin Grieder, depuis le centre de recherche de Nestlé à Lausanne.

Autre point commun avec Nespresso, qui est distribué sur internet et dans des boutiques dédiées, les capsules de lait seront vendues par internet et dans des pharmacies. Mais le célèbre acteur américain George Clooney, qui vante les mérites des dosettes Nespresso, ne sera cette fois pas de la partie, a ajouté la direction.

«Il y a un fort intérêt pour ce produit», a indiqué à l'AFP M. Grieder, soulignant être «convaincu du succès» de ces dosettes pour bébés.

Le numéro un mondial de l'alimentaire, qui n'a pas divulgué de perspectives de vente pour ce produit, a cependant opté pour une approche prudente, en ne proposant Babynes que dans la Confédération helvétique.

«Nous allons d'abord nous concentrer sur le marché suisse et en fonction du succès, nous disposons de plans pour lancer (Babynes) sur d'autres marchés en Europe et dans le monde entier», a précisé M. Grieder, sans préciser de pays.

Alors que l'achat de la machine coûte 249 francs suisses (278$ CAN), la capsule sera vendue à environ 1,90 franc.

«Trois biberons par jour reviendront à 5,60 francs suisses», soit le double du prix comparé à trois biberons classiques préparés avec du lait en poudre, a indiqué Marie-Hélène Pradon, directrice commerciale pour la Suisse de ce nouveau concept.

Malgré cette différence de prix, Nestlé insiste sur la sécurité qu'apporte cette machine. «L'avantage est clairement l'hygiène, la sécurité et l'aspect pratique», a précisé durant la conférence de presse Raoul Furlano, chef de l'unité gastro-entérologie pédiatrique à l'hôpital pour enfants de Bâle.

Ce dernier soutient toutefois les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cette dernière recommande «l'allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie» qui «doit se poursuivre ensuite jusqu'à l'âge de deux ans au moins, en l'associant à une alimentation de complément qui convienne».

Les bienfaits de l'allaitement sont cependant régulièrement remis en question par des scientifiques.

Des chercheurs britanniques ont ainsi récemment remis en cause l'allaitement exclusif des bébés pendant les six premiers mois, estimant qu'il pourrait conduire à des carences en fer et des allergies.