Source ID:19bae81c8956399c94c62181fbdbe8c6; App Source:StoryBuilder

Trump veut abroger l'ALENA pour presser le Congrès

Donald Trump, le premier ministre Justin Trudeau et... (Photo ANDRES STAPFF, REUTERS)

Agrandir

Donald Trump, le premier ministre Justin Trudeau et le président mexicain sortant Enrique Pena Nieto ont signé le nouvel accord entre les trois pays au début des réunions du G20, vendredi en Argentine.

Photo ANDRES STAPFF, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Washington

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé son intention de faire savoir au Congrès qu'il envisageait d'abroger l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) dans le but de faire pression sur les législateurs pour qu'ils approuvent la nouvelle entente entre les États-Unis, le Canada et le Mexique.

M. Trump, le premier ministre Justin Trudeau et l'ancien président mexicain Enrique Pena Nieto ont signé le nouvel accord entre les trois pays au début des réunions du G20, vendredi en Argentine.

M. Trump était à bord de Air Force One de retour de Buenos Aires lorsqu'il a déclaré qu'il mettrait fin à l'ALENA, ce qui donnerait six mois aux membres du Congrès américain pour approuver l'Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

Un certain nombre de démocrates au Congrès ont indiqué qu'ils avaient des problèmes avec l'ACEUM dans sa forme actuelle et affirmé qu'il faudrait des mécanismes d'application plus stricts pour les nouvelles règles du travail et des mesures de protection de l'environnement afin de gagner leur soutien.

Certains républicains voient aussi des problèmes : le sénateur de Floride, Marco Rubio, soutient que cet accord procure aux producteurs agricoles mexicains un avantage injuste qui pourrait mettre les entreprises saisonnières en faillite.

Des experts du commerce soupçonnent depuis longtemps que le président Trump, qui a fait des critiques de l'ALENA une pièce maîtresse de son discours politique, pourrait jouer la carte de l'abrogation pour torpiller les détracteurs de la nouvelle entente.

Selon un porte-parle de la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, les commentaires du président Trump font partie du processus américain de ratification.

«Nous irons de l'avant avec notre propre processus puisque la nouvelle entente a été signée», a dit Adam Austen.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • ACEUM : deux changements au texte définitif

    Canada

    ACEUM : deux changements au texte définitif

    Une première analyse du libellé définitif du nouvel accord de libre-échange signé vendredi par le Canada permet de découvrir deux changements par... »

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer