Le président des États-Unis Donald Trump devrait annoncer jeudi son choix pour la présidence de la banque centrale américaine, a indiqué lundi à l'AFP un responsable de l'administration américaine.

Mis à jour le 30 oct. 2017
AGENCE FRANCE-PRESSE

«J'ai quelqu'un de très précis en tête et je pense que tout le monde sera très impressionné», avait déclaré M. Trump en fin de semaine dernière en évoquant son choix.

S'il n'a pas exclu de reconduire Janet Yellen, nommée en 2014 par Barack Obama et dont le mandat arrive à expiration début février, la nomination de Jerome Powell, actuellement gouverneur à la Fed, était évoquée avec insistance lundi par plusieurs médias américains.

Agé de 64 ans, cet avocat et ancien banquier d'affaires qui fut aussi un haut responsable du Trésor sous la présidence de George Bush père, avait été nommé en 2012 gouverneur de la réserve centrale par le président démocrate Barack Obama.

Ce républicain au discours toujours pondéré pourrait se révéler un choix rassurant et familier pour les marchés même si certains lui reprochent de ne pas être un économiste de formation. Jusqu'ici il n'a jamais voté contre les décision du Comité de politique monétaire (FOMC) qui fixe les taux d'intérêt.

Sur le front de la régulation, tout en se disant favorable à davantage de garde-fous financiers après la crise, il s'est récemment montré ouvert à un assouplissement des règlementations bancaires, un des chevaux de bataille de l'administration Trump.

Outre M. Powell, qui est apprécié par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, trois autres noms sont examinés par Donald Trump: John Taylor, un professeur d'économie réputé, Kevin Warsh, un ancien gouverneur de la Fed proche du cercle de M. Trump et Gary Cohn, l'économiste en chef à la Maison-Blanche.

La décision de M. Trump peut en outre se présenter comme un choix à tiroirs puisque, hormis le poste de direction de la Fed, la Maison-Blanche doit aussi nommer trois gouverneurs dont le numéro deux de la banque centrale, après le départ la semaine dernière du vice-président Stanley Fischer.

Donald Trump pourrait ainsi faire entrer plusieurs de ses candidats en même temps au sein du directoire de la puissante institution monétaire.

Quant à Janet Yellen, si elle ne devait pas rester à la tête de la banque centrale, elle peut encore continuer son mandat de gouverneure qui n'expire qu'en 2024.