Source ID:; App Source:

Manipulation de bons du Trésor: la justice demande des comptes à 4 banques

Les banques européennes UBS, Royal Bank of Scotland... (Photo Russell Boyce, REUTERS)

Agrandir

Les banques européennes UBS, Royal Bank of Scotland (RBS) et BNP Paribas et l'américaine Morgan Stanley (sur la photo) ont reçu mi-avril des requêtes du Department américain de la Justice.

Photo Russell Boyce, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La justice américaine a transmis des demandes d'informations à quatre banques, dont la française BNP Paribas, dans une affaire de soupçons de manipulation du marché des bons du Trésor américain, ont indiqué lundi deux sources proches du dossier à l'AFP.

Les banques européennes UBS, Royal Bank of Scotland (RBS) et BNP Paribas et l'américaine Morgan Stanley ont reçu mi-avril les requêtes du Department américain de la Justice (DOJ) a-t-on appris de mêmes sources, confirmant des informations de l'agence Bloomberg.

Après avoir formulé des premières demandes d'informations il y a environ un an, le DOJ souhaitait obtenir des indications complémentaires, ce qui, selon la loi américaine devait passer par l'envoi de nouvelles requêtes, a-t-on appris de mêmes sources.

Le marché des emprunts d'État américains est évalué à quelque 14 000 milliards de dollars et cela fait environ deux ans que la justice s'intéresse à de possibles irrégularités le concernant.

En parallèle aux investigations du DOJ, le régulateur des services financiers de New York (DFS) avait ouvert une enquête et demandé des informations à neuf banques, dont les françaises BNP Paribas et Société Générale, avait rapporté l'AFP en septembre 2015, citant deux sources proches du dossier.

Le régulateur, réputé pour son intransigeance vis-à-vis des grandes banques, veut déterminer si ces institutions ont partagé entre elles des informations de façon inappropriée, lésant ainsi leurs clients, selon les deux sources.

Ces enquêtes font partie de l'offensive des régulateurs américains sur les pratiques jugées illicites sur les plateformes d'échanges.

Contactée lundi par l'AFP, BNP Paribas n'a pas souhaité faire de commentaire tandis que Morgan Stanley n'a pas donné suite.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer