Les Chinois investissent des milliards dans l'immobilier américain

Certaines acquisitions frappent l'imagination comme celle du palace... (Photo Bloomberg)

Agrandir

Certaines acquisitions frappent l'imagination comme celle du palace hôtelier Waldorf Astoria par l'assureur chinois Anbang pour 2 milliards de dollars en 2015.

Photo Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul HANDLEY
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les Chinois sont devenus les plus importants acquéreurs de biens immobiliers aux États-Unis l'an dernier, investissant des milliards de dollars dans ce qu'ils estiment constituer des placements sûrs, selon une étude publiée lundi.

Au total, les investissements chinois dans l'immobilier aux États-Unis ont dépassé 100 milliards de dollars sur les cinq dernières années, selon cette étude publiée par l'institut d'études Asia Society et le Rosen Consulting Group. Cet engouement a notamment aidé ce secteur, sinistré après la crise des prêts à risque («subprime») en 2008, à se redresser, affirment ses auteurs.

Même avec les récentes mesures annoncées par les autorités chinoises pour réduire les sorties de capitaux, ces investissements devraient grimper à 218 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, estime-t-on de même source.

«Ce qui fait la spécificité de la Chine est non seulement la taille des investissements mais également leur palette car ils s'étendent à tous les secteurs, y compris une forte présence dans le résidentiel» souligne l'étude.

Ces auteurs reconnaissent eux-mêmes que leurs chiffres, basés sur des données publiques et provenant du secteur immobilier, sous-estiment la réalité car ces données ne prennent pas en compte les achats effectués par des trusts et des sociétés dont les véritables propriétaires ne sont pas identifiés.

Certaines acquisitions frappent l'imagination comme celle du palace hôtelier Waldorf Astoria par l'assureur chinois Anbang pour 2 milliards de dollars en 2015. Anbang avait également renoncé au dernier moment à acheter la chaîne hôtelière Starwood pour 14 milliards de dollars en début d'année.

Le mois dernier, le conglomérat chinois HNA a annoncé qu'il allait acheter 1.400 hôtels possédés par Carlson, propriétaire notamment de la chaîne Radisson.

Entre 2010 et 2015, les Chinois ont investi plus de 17 milliards de dollars dans l'immobilier commercial aux États-Unis, dont la moitié sur la seule année dernière.

Investissement résidentiel

Mais sur la même période, leurs investissements dans l'immobilier résidentiel ont atteint 93 milliards de dollars, dont 28,5 milliards de dollars sur les douze mois précédant mars 2015, dernière période pour laquelle des statistiques sont disponibles.

Du coup, les Chinois ont maintenant dépassé les Canadiens, pendant longtemps les plus importants investisseurs dans l'immobilier résidentiel américain.

Leurs investissements se concentrent dans les régions les plus chères comme New York, Los Angeles, San Francisco et Seattle et s'étendent à Chicago, Miami et Las Vegas.

Ils ont payé en moyenne 832 000 dollars par maison alors que la moyenne pour les investisseurs étrangers est de 499 600 dollars.

La plupart de cet argent vient de particuliers, désireux d'acquérir une résidence secondaire aux États-Unis, de s'acheter une maison car ils viennent s'y installer alors que d'autres ne veulent réaliser qu'une rapide plus-value.

«Cette familiarité avec l'investissement immobilier comme moyen de thésaurisation est répandue en Chine et se reflète dans le fait que les ménages Chinois n'hésitent pas à acheter des résidences secondaires aux États-Unis», souligne l'étude.

Leur motivation peut aussi être de placer leur argent à l'étranger et en dollars alors que le renmimbi, la monnaie chinoise, ne cesse de baisser.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer