La Fed limite sa capacité à faire des prêts d'urgence

La présidente de la Banque centrale américaine Janet... (PHOTO ANDREW HARNIK, AP)

Agrandir

La présidente de la Banque centrale américaine Janet Yellen arrive au conseil des gouverneurs, le 30 novembre à Washington.

PHOTO ANDREW HARNIK, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

La Réserve fédérale américaine (Fed) a adopté lundi de nouvelles mesures limitant sa capacité à faire des prêts d'urgence à des banques ou des compagnies en difficulté comme elle l'avait fait lors de la crise financière, ce que lui a depuis reproché le Congrès.

Ces mesures étaient recommandées par la loi de réforme de Wall Street Dodd Frank, adoptée en 2010, après qu'en 2008 la Fed eut massivement soutenu des groupes au bord de la faillite comme l'assureur AIG ou des banques en difficulté comme Citigroup.

Les nouvelles règles, qui seront en vigueur à partir du 1er janvier, limitent l'intervention d'urgence de la Fed à des problèmes financiers d'ordre systémique plutôt que de les réserver à des entreprises spécifiques, précise un communiqué de la banque centrale.

La Fed ne pourra en outre pas prêter à une compagnie ou une banque qui est déclarée insolvable dans la mesure où elle n'a pas pu rembourser sa dette depuis 90 jours.

« Le prêt d'urgence est un des outils primordiaux qui peut être utilisé en temps de crise pour aider à atténuer les tensions sur les marchés financiers qui autrement auraient des conséquences négatives sévères sur les ménages, les entreprises et l'économie américaine », a déclaré la présidente de la Fed, Janet Yellen dans le communiqué.

Au cours de la crise financière, qui a vu la faillite de la banque Lehman Brothers notamment, la banque centrale a utilisé pour la première fois depuis la Grande Dépression des années 30, sa capacité à prêter en urgence.

Une multitude de banques régionales, mais aussi de grands groupes bancaires ont eu accès à ces prêts, ce qui a suscité l'ire du Congrès, mécontent que les contribuables américains aient dû financer ces firmes « trop importantes pour faire faillite » (« too big to fail »).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer