Aux États-Unis, les adversaires politiques de Mitt Romney ne manquent pas d'exemples pour l'attaquer sur son passé chez Bain Capital, une firme d'investissement privée réputée autant pour ses profits que pour ses licenciements. Au nord de la frontière canado-américaine, Bain Capital a plutôt créé 3900 emplois dans des entreprises québécoises depuis 2003.

Mis à jour le 11 janv. 2012
Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

> Suivez Vincent Brousseau-Pouliot sur Twitter

Bain Capital a fait deux investissements au cours de la dernière décennie au Québec: elle détient toujours 50% de Bombardier Produits récréatifs (BRP) et vient de faire un profit d'environ 550 millions en vendant sa participation de 80% dans Dollarama. Il s'agit d'un profit de 69% sur son investissement d'environ 800 millions en 2004.

Croissance chez Dollarama

L'alliance Bain-Dollarama n'a pas seulement été fructueuse sur le plan financier. Avec Bain comme propriétaire majoritaire, Dollarama est passée de 374 à 680 magasins ainsi que de 8500 à 14 000 employés au Canada. «Bain avait de l'expertise pour faire du développement stratégique dans le commerce de détail et savait comment gérer une grande organisation à travers les différentes étapes de sa croissance», dit Michael Ross, chef de la direction financière de Dollarama, qui compte inaugurer 50 magasins et créer 1000 emplois en 2012.

Grand patron de Bain Capital de sa fondation en 1984 à 1999, Mitt Romney y a instauré une culture d'entreprise caractérisée notamment par le contrôle des dépenses et la foi dans les chiffres. «Les gens de Bain étudient beaucoup les chiffres», dit Michael Ross. Quant à la frugalité des dépenses administratives, ce n'était rien de nouveau chez Dollarama. «Nous avions déjà cette habitude de surveiller nos cennes», dit M. Ross.

Depuis la vente de ses dernières actions de Dollarama en juin dernier, Bain Capital ne détient plus qu'un investissement au Québec: sa participation dans Bombardier Produits récréatifs.

Comme BRP est une entreprise privée, impossible de savoir le rendement aux livres obtenu par Bain Capital sur son placement après huit ans. «Bain Capital est un partenaire financier très compétent qui nous a beaucoup aidés, dit Pierre Pichette, vice-président des communications de BRP. Ses sources d'informations semblent illimitées. Les gens de Bain Capital connaissent toujours un spécialiste. Nous avions 70 ans d'histoire en Amérique du Nord, mais Bain Capital nous a aidés à développer des nouveaux marchés à l'international, nous a encouragé à nous moderniser et à créer un centre de recherche à Sherbrooke.»

Réduction des effectifs

Sous le règne de Bain Capital, BRP a réduit ses effectifs dans le monde de 7600 à 6000 employés. Au Québec, les réductions d'effectifs (de 3000 à 2500 employés) ne sont senties que durant la moitié de l'année dans ses usines de Valcourt et Sherbrooke en Estrie.

En novembre 2004, BRP a fait 800 mises à pied, dont 600 au Québec. Ces emplois avaient presque tous été récupérés quand BRP a éliminé 550 emplois et fait 800 nouveaux licenciements en 2008. BRP se disait alors «durement touchée par la récession économique mondiale». «Il a parfois fallu poser des gestes pour demeurer concurrentiels et boucler nos fins de mois», dit Pierre Pichette, qui n'y voit pas l'influence de Bain Capital.

Au Canada, Bain Capital a acheté 12,5% de Pharmaprix (Shoppers Drug Mart) avec un consortium mené par une autre firme d'investissemenet privé, Kohlberg Kravis Roberts (KKR). Ce consortium a vendu complètement ses actions de Pharmaprix en 2004.

Bain Capital n'a pas rappelé La Presse Affaires pour discuter ses investissements au Québec.

------------------

FORTUNES PERSONNELLES

BARACK OBAMA - 7,3 MILLIONS US

GEORGE W. BUSH - entre 7,5 et 20 MILLIONS US (en 2007)

BILL CLINTON - entre 10 et 50 MILLIONS US (en 2007)

MITT ROMNEY - entre 190 et 250 MILLIONS US

Sources : Forbes, New York Times, Reuters

-----------------

BAIN CAPITAL AU QUÉBEC

Bombardier Produits récréatifs (BRP)

2003: Acquisition de 50% des actions pour 612,5 millions

Bilan: Perte de 1600 emplois (de 7600 employés en 2003 à 6000 employés actuellement dans le monde; au Québec, de 3000 employés en 2003 à entre 2500 et 3000 employés actuellement selon la période de l'année)

Dollarama

2004: Acquisition de 80% des actions pour environ 800 millions, dont 364 millions comptant

2010-2011: Vente des actions pour 1,35 milliard, soit un profit d'environ 550 millions (marge de profit de 69%)

Bilan: gain de 5500 emplois (de 8500 employés en 2004 à 14 000 employés en 2011 au Canada)

Bilan de Bain Capital dans des entreprises québécoises entre 2003 et 2011: gain de 3900 emplois

Sources : Dollarama, Bombardier Produits récréatifs.

Photo fournie par Ski Doo

Un Ski Doo MXZ XRS de BRP.