Les prix du blé, du maïs et du soja ont fini en hausse mardi à Chicago, le marché s'inquiétant d'une détérioration de la qualité des cultures aux États-Unis, qui augure mal de la production du premier pays exportateur.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon la maison de courtage Allendale, «le premier facteur» expliquant la progression des cours a été le relevé hebdomadaire du département américain de l'Agriculture (USDA) sur la qualité des cultures du pays.

À la date du 26 juin, 68% des maïs, 65% des sojas et 69% des blés de printemps étaient considérés «bons» à «excellents» contre respectivement 70%, 68% et 72% la semaine précédente.

«Ces révisions s'expliquent par de fortes pluies et des chutes de grêle dans certaines régions du Midwest (centre), tandis que la chaleur affecte les champs dans le sud», ont estimé les analystes de Commerzbank.

Les prix ont été également soutenus par «la montée des températures attendue plus tard dans la semaine» dans le Midwest, où le maïs et le soja viennent d'être semés, a relevé Allendale.

Le marché affiche une certaine nervosité face à la qualité des cultures américaines, avant la publication, jeudi, de deux importants rapports de l'USDA sur les stocks et la répartition des surfaces cultivées.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en septembre a bondi de 25,75 cents à 6,70 dollars sur le Chicago Board of Trade.

Le boisseau de blé à échéance identique a engrangé 18,25 cents à 6,69 dollars.

Le contrat de soja à échéance novembre a gagné 4 cents à 13,19 dollars.