Il rase peut-être de près mais, contrairement à ce que Gillette affirmait dans une publicité, le rasoir M3Power ne stimule pas les poils, selon un recours collectif intenté aux États-Unis. Voilà pourquoi le géant du rasoir a accepté de payer 7,5 millions US à ses clients canadiens et américains.

Publié le 20 nov. 2010
Martin Croteau LA PRESSE

Entre 2004 et 2005, l'entreprise a lancé une campagne publicitaire dans laquelle elle affirmait que le rasoir M3Power «entraîne le soulèvement et l'activation du poil sur la peau». Mais, selon plusieurs citoyens, ce n'est guère le cas. Dans différents États américains, des citoyens ont intenté des recours collectifs, qualifiant la réclame de fausse et mensongère.

 

Ces dossiers ont par la suite été regroupés en un même recours collectif. Selon la poursuite, la réclame diffusée au Canada et aux États-Unis violait les lois sur la consommation.

Règlement à l'amiable

Après un combat juridique de cinq ans, Gillette a finalement coupé court aux procédures.

La société a accepté de verser 7,5 millions US en guise de dédommagement. Un règlement à l'amiable doit encore être ratifié de façon définitive, mais l'entreprise invite déjà ses clients à lui soumettre des réclamations.

Le règlement n'est pas une admission de culpabilité, souligne Pamela Baillie, porte-parole de Procter&Gamble, société mère de Gillette.

«La réclamation n'avait rien à voir avec nos autres campagnes publicitaires, ni avec la sécurité du rasoir, a-t-elle précisé. Ce qui était en question, c'est l'interprétation qu'on pouvait faire de la publicité.»

Les résidants du Canada qui ont acheté des rasoirs Gillette M3Power entre mai 2004 et octobre 2005 pourront donc se faire rembourser 16,25$ par unité, ainsi que 2$ pour couvrir les frais de poste. Ils peuvent aussi obtenir un rabais pour l'achat de lames de remplacement.

Jusqu'à trois personnes par foyer peuvent se prévaloir du dédommagement. Pour ce faire, elles doivent présenter des preuves d'achat valides d'ici mai 2011.