Les parlementaires du parti Républicain aux États-Unis ont accentué mercredi leurs pressions sur la banque centrale du pays, la Fed, en publiant une lettre à son président Ben Bernanke dans laquelle ils ont exprimé leurs «profondes inquiétudes» sur sa politique monétaire.

Publié le 17 nov. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous écrivons pour exprimer nos profondes inquiétudes après l'annonce récente d'achats supplémentaires par la Réserve fédérale d'obligations émises par le Trésor des Etats-Unis», ont écrit dans cette lettre quatre dirigeants de l'opposition au président Barack Obama.

«Une telle mesure présente des incertitudes considérables quant à la solidité future du dollar et pourrait à la fois aboutir à une inflation difficile à contrôler, et potentiellement engendrer des bulles spéculatives qui pourraient provoquer de nouvelles perturbations économiques», ont-ils ajouté.

Les parlementaires font référence à la décision de la Fed, le 3 novembre, d'injecter 600 milliards de dollars dans le système financier d'ici à la fin juin en rachetant aux banques des titres de dette du Trésor.

Les signataires sont le probable futur président de la Chambre des représentants John Boehner, le probable futur président du groupe républicain à la Chambre, Eric Cantor, ainsi que côté Sénat le chef de file et le numéro deux du groupe républicain, Mitch McConnell et Jon Kyl.

Ils ont affirmé qu'ils écrivaient à M. Bernanke pour qu'il ait «ces inquiétudes à l'esprit», se défendant de vouloir attenter à l'indépendance de la Fed. «Nous sommes fermement convaincus que les décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale doivent être libres et indépendantes des pressions politiques», ont-ils souligné.

Mardi, un représentant républicain, Mike Pence, a déposé une proposition de loi pour retirer à l'institution sa mission de lutter contre le chômage, qui lui a été attribuée en 1977, afin qu'elle ne se préoccupe que d'inflation.