Le projet de loi américain sur la réforme du système de régulation financière a gagné un soutien essentiel lundi avec le ralliement de deux sénateurs républicains, qui ont promis de voter en faveur du texte.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Scott Brown et Olympia Snowe, qui étaient fortement courtisés par les parlementaires démocrates, ont indiqué dans des communiqués séparés qu'ils se prononceraient pour le projet de loi, même s'ils ne l'approuvaient pas complètement.

«Même si elle n'est pas parfaite, je soutiendrai la loi quand il faudra passer au vote», a déclaré le sénateur Scott Brown.

Le projet de loi «inclut des garde-fous qui aideront à empêcher une nouvelle crise financière, s'assure que les consommateurs sont protégés et ne prévoit pas de nouvelle taxe», s'est-il justifié dans un communiqué.

«J'ai l'intention de soutenir l'adoption de la loi quand elle sera examinée par le Sénat», a indiqué de son côté la sénatrice Olympia Snowe.

Le texte «prend des mesures nécessaires pour mettre en oeuvre des réformes significatives sur la régulation, crée des protections pour le consommateur et restaure la confiance dans le système financier américain», ajoute-t-elle.

Les voix de ces républicains permettent virtuellement l'adoption du texte.

Les sénateurs démocrates ont en effet besoin de 60 votes, sur 100, pour passer outre la minorité de blocage dont disposent les républicains au Sénat.

Les soutiens de Scott Brown et Olympia Snowe, ajoutés à celui de la sénatrice républicaine Susan Collins annoncé le 30 juin, devrait permettre d'atteindre ces 60 voix.

Les partisans de la réforme ont accepté, pour gagner le soutien de ces républicains modérés, de retirer du projet de loi un projet de prélèvement auprès des banques de 19 milliards de dollars.

La version finale de la réforme a été approuvée par la Chambre des représentants le 30 juin. Le Sénat doit encore approuver le texte final avant que celui-ci ne puisse être envoyé à la Maison Blanche pour la promulgation de cette réforme phare de l'administration Obama.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid espère pouvoir terminer les négociations autour de ce texte cette semaine, mais aucun vote n'a été mis à l'agenda pour l'instant, ont indiqué des assistants parlementaires.