Les Bourses gardent l'élan causé par un espoir de relance économique mercredi, étant particulièrement stimulées par la surprise concernant les commandes de biens durables aux États-Unis.

Michel Munger
Michel Munger LA PRESSE

Les indices américains prennent le haut du pavé malgré le fort rebond effectué depuis une semaine. Ainsi, à 13h16, le Dow Jones gagne 105 points ou 1,38% à 7765 points.Le NASDAQ, à saveur technologique, progresse de 0,9% à 1530,84 points. L'indice élargi S&P 500 prend pour sa part 1% à 814,69 points.

Les investisseurs réagissent surtout à la bonne surprise réservée par les commandes de biens durables en février. Elles ont augmenté de 3,4% comparativement à janvier alors que les analystes prévoyaient une baisse de 2,5%.

Un autre indicateur américain de février s'avère encourageant avec la hausse de 4,7% des ventes de logements neufs à 337 000 à un rythme annuel. Même si les ventes demeurent faibles, la hausse met fin à six mois de reculs.

Au Canada, le regain de vie boursier s'étend aussi à Toronto. L'indice S&P/TSX évolue en hausse de 1% ou 73 points à 8943 points, tiré vers le haut par les ressources naturelles et dans une moindre mesure, l'industrie financière.

Une bonne tendance

S'il est encore impossible de prédire que les marchés ne retomberont pas, l'on peut au moins affirmer qu'ils ont enregistré de jolis gains en près de 10 jours.

Le Dow Jones a gagné 7,6% depuis le début de la semaine dernière, contre 8% pour le S&P 500 et 9% pour le NASDAQ.

À Toronto, le S&P/TSX a pris 6,6% pendant la même période.

Faut-il conclure que les investisseurs anticipent vraiment la reprise à partir des plus récentes données ?

Ian Pollick, économiste et stratège de TD Securities, se veut prudent à cet égard. «Étant donné la destruction continue d'emplois et le contexte récessionnaire, nous continuons de croire qu'un vrai revirement ne peut être déclaré jusqu'à ce que nous voyions une amélioration prolongée d'une variété d'indicateurs immobiliers.»

«Cela dit, le marché sera content de digérer les données», tempère-t-il.