Source ID:b7effdd2a540362fb32b16bf4ac00c39; App Source:StoryBuilder

Un créancier de la première heure délaisse Stornoway

Stornoway a rendu publics en début de semaine... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Stornoway a rendu publics en début de semaine des résultats décevants pour son premier trimestre de 2019, qui a pris fin le 31 mars.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Hélène Baril

La direction de Stornoway entame maintenant une course contre la montre pour trouver de nouvelles sources de financement avant d'avoir épuisé les quelque 30 millions qui restent dans ses coffres.

Cette quête urgente arrive alors qu'un de ses créanciers de la première heure, Orion Mine Finance, a réduit considérablement sa mise dans le seul producteur de diamants du Québec.

Orion a vendu 90 millions des 120 millions d'actions de Stornoway qu'il détenait. Le prix de vente de 4 cents l'action est inférieur au creux de l'année atteint en mi-journée par le titre de Stornoway, soit 5,5 cents.

Stornoway a annoncé lundi soir une révision stratégique de ses activités, une démarche qui pourrait mener à une vente ou à une fusion.

Selon l'analyste Scott Macdonald, de la Banque Scotia, le bloc d'actions vendu par Orion, qui est tout juste sous la barre des 10 %, pourrait être entre les mains d'un acheteur stratégique intéressé par l'entreprise et qui ne veut pas être identifié pour le moment.

Orion était le deuxième actionnaire de Stornoway en importance, après le gouvernement du Québec (Investissement Québec, avec 25,8 %). Sa part a été réduite de 13,3 à 4,45 %.

Course contre la montre

Lundi soir, Stornoway a rendu publics des résultats décevants pour son premier trimestre de 2019, qui a pris fin le 31 mars. L'entreprise rapporte une perte de 48,4 millions, comparativement à une perte de 11 millions pour la même période de l'exercice précédent.

Des coûts d'exploitation plus élevés et des prix déprimés sur le marché du diamant sont en cause, selon l'entreprise.

Le président et chef de la direction, Patrick Godin, a aussi fait savoir que l'entreprise avait moins de 30 millions dans ses coffres pour continuer ses activités.

En réponse aux questions des analystes, M. Godin n'a pas voulu préciser de combien de temps il disposait pour régler le problème de liquidités de son entreprise.

« C'est sûr que notre principal défi est de résoudre le problème de liquidités », a-t-il répondu.

Selon M. Godin, « des discussions positives » sont en cours avec les partenaires de l'entreprise pour trouver des solutions. Le gouvernement du Québec s'est montré ouvert à accroître sa mise dans Stornoway.

Investissement Québec et la Caisse de dépôt ont investi massivement dans l'entreprise.

Pour préserver ses liquidités, Stornoway a déjà suspendu les activités de sa mine à ciel ouvert. Les sorties de fonds du dernier trimestre de 2018, de 45 millions, ont été ramenées à 6 millions au premier trimestre de 2019.

Des mesures permettant d'économiser entre 18 et 20 millions supplémentaires seront mises en place d'ici à la fin de l'exercice, a fait savoir hier M. Godin.

Du côté des activités minières, la direction de Stornoway se dit satisfaite des progrès récents enregistrés et maintient ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer