Les autorités de Terre-Neuve ont annoncé jeudi la conclusion d'un accord de principe avec le géant pétrolier norvégien Equinor(ex-Statoil) pour l'exploitation d'un gisement de 300 millions de barils découvert au large de l'île.

Mis à jour le 26 juill. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

La province s'est entendue avec le producteur d'hydrocarbures pour acquérir 10% du projet d'exploration du champ pétrolier Bay du Nord, situé à quelque 500 km au nord-est de Saint-Jean de Terre-Neuve, a indiqué son Premier ministre, Dwight Ball, dans un communiqué.

Le pétrole gît à quelque 1200 mètres de profondeur dans l'océan et ce sera la première plateforme en eaux très profondes de l'Est canadien, a-t-il été souligné.

Les travaux d'exploration doivent débuter en 2020 avec les premiers barils «attendus» en 2025.

«Cet accord-cadre apporte de la clarté et de la stabilité importantes alors qu'Equinor et notre partenaire (canadien, Ndlr) Husky Energy travaillent pour concrétiser ce projet dans les prochaines années», a déclaré Unni Fjaer, vice-président de la filiale canadienne du géant norvégien.

Selon les estimations officielles, le développement du projet Bay du Nord coûtera 6,8 milliards $ et générera quelque 3,5 milliards $ canadiens de retombées à Terre-Neuve, via des royalties et des impôts.

Statoil, devenu Equinor, avait annoncé en 2013 avoir découvert du pétrole dans le Flemish Pass Basin, une formation géologique encore peu explorée dont fait partie Bay du Nord.

Le producteur pétrolier avait indiqué trois ans plus tard que ces vastes gisements contiennent des réserves d'or noir comprises «dans la fourchette de 300 à 600 millions de barils récupérables».