Après avoir dénoncé l'imposition de tarifs « illégaux » sur les exportations canadiennes d'aluminium et d'acier aux États-Unis, Ottawa tentera maintenant de faire invalider une surtaxe de 30% sur les panneaux solaires.

Mis à jour le 23 juill. 2018
Maxime Bergeron LA PRESSE

Le ministère des Affaires étrangères a demandé lundi « la tenue d'un examen de ces droits de douane injustes et illégaux dans le cadre du chapitre 20 de l'ALENA ».

Le chapitre 20 de l'Accord de libre-échange nord-américain sert à « éviter ou de concilier les divergences quant à l'interprétation » de l'ALENA, rappelle le ministère.

Tous les pays visés

Le président américain Donald Trump a signé en janvier dernier un décret qui imposera pendant trois ans des droits de douane de 30% sur les importations de panneaux solaires aux États-Unis.

Cette mesure s'applique à tous les pays et frappera surtout la Chine, mais le Canada craint aussi d'en subir les conséquences. 

« Les droits de douane que les États-Unis ont imposés sur les panneaux solaires canadiens ont eu une incidence sur les entreprises et les travailleurs de chaque côté de la frontière », a fait valoir Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada, dans un communiqué diffusé lundi midi.

« Les droits contreviennent aux règles de l'ALENA et ont été imposés en dépit du fait que la Commission du commerce international des États-Unis ait conclu que les importations de panneaux solaires en provenance du Canada ne portent pas préjudice à l'industrie américaine », a-t-elle poursuivi.

Le ton monte

Cette sortie de la ministre Freeland survient alors que les négociations en vue du renouvellement de l'ALENA progressent à pas de tortue.

Donald Trump a évoqué la semaine dernière de négocier des accords séparés avec le Mexique et le Canada, qui viendraient marquer la fin de l'entente tripartite en vigueur depuis 1994.

M. Trump a affirmé qu'une entente pourrait être conclue en premier avec le Mexique, qui vient d'élire le nouveau gouvernement d'Andres Manuel Lopez Obrador. 

Justin Trudeau, pour sa part, a réitéré qu'il préférerait une entente à trois pays, plutôt que des accords séparés. 

Chrystia Freeland se rendra mercredi à Mexico pour rencontrer Andres Manuel Lopez Obrador. Elle sera accompagnée de son homologue aux Finances, Bill Morneau, et du nouveau ministre à la Diversification du commerce international, Jim Carr.