Le conseiller financier du gouvernement fédéral a approché l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC) et évoqué la possibilité qu'il participe au projet d'oléoduc Trans Mountain, mais aucune pression politique n'a été exercée, a indiqué lundi son patron.

Publié le 11 juin 2018
LA PRESSE CANADIENNE

Selon le chef de la direction de l'OIRPC, Mark Machin, le gestionnaire de fonds établi à Toronto et ses pairs examineront probablement le projet de Trans Mountain, parce que les occasions d'investissement de cette envergure sont rares.

Les commentaires de M. Machin devant le Comité des finances de la Chambre des communes surviennent moins de deux semaines après que le gouvernement a annoncé qu'il achèterait le projet à 4,5 milliards $ de Kinder Morgan pour s'assurer que la construction du pipeline soit menée à terme.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a prédit que le gouvernement Trudeau n'aurait aucune difficulté à revendre le projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain une fois que l'incertitude quant à son avenir aura été résolue.

La main du gouvernement fédéral a été forcée par le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui mène une bataille judiciaire contre l'oléoduc réglementé par le gouvernement fédéral. La canalisation transporterait du bitume dilué provenant des sables bitumineux de l'Alberta vers un port maritime près de Vancouver.

M. Machin a déclaré au Comité des finances que l'OIRPC avait vécu de bonnes et de mauvaises expériences avec les pipelines et qu'il aurait recours à son approche habituelle lorsqu'il décidera s'il investit de l'argent dans Trans Mountain.