L'engagement de l'OPEP de réduire sa production pour accélérer le rééquilibrage du marché pétrolier a été presque totalement réalisé dès janvier tandis que la demande d'or noir devrait être plus vigoureuse qu'anticipé cette année, comme en 2016, a estimé l'Agence internationale de l'énergie vendredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec 1 million de barils par jour (mbj) de moins pompés le mois dernier, par rapport à décembre, la baisse de production du cartel pétrolier représente 90 % de la réduction promise, a indiqué l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

L'OPEP a produit 32,06 mbj en janvier, certains producteurs comme l'Arabie saoudite, chef de file du cartel, ayant même dépassé leurs engagements de réduction, a détaillé l'agence énergétique basée à Paris, évoquant « un taux de conformité initial record ».

« Cette première coupe est certainement l'une des plus importantes jamais réalisée dans l'histoire des initiatives prises par l'OPEP pour réduire sa production », a-t-elle explicité.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'étaient accordés en novembre pour réduire leur production de 1,2 mbj à partir du 1er janvier pour une période de six mois renouvelable.

En décembre, des producteurs non membres du cartel, emmenés par le plus grand producteur mondial de brut, la Russie, avaient décidé de faire de même à un niveau de 558 000 barils par jour.

Ces réductions visent à permettre à un marché inondé d'or noir depuis mi-2014 de se rééquilibrer et à des cours déprimés de se redresser, à un niveau de 50-55 dollars le baril actuellement.

Face à cette offre plus faible, la demande devrait être plus vigoureuse qu'anticipé précédemment, a par ailleurs estimé l'AIE en relevant ses prévisions pour le troisième mois consécutif, d'environ 100 000 barils par jour.

Elle anticipe désormais une hausse de 1,6 mbj à 96,6 mbj de la consommation pour 2016 (contre +1,5 mbj précédemment), puis un ralentissement à +1,4 mbj à 98 mbj cette année (contre +1,3 mbj auparavant).