Les cours du pétrole ont légèrement avancé mardi et poursuivaient ainsi une évolution en dents de scie, entre des signes de baisse de l'offre chez plusieurs pays producteurs et la crainte d'une reprise de la production aux États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a monté de 43 cents à 53,18 dollars sur le contrat pour livraison en mars au New York Mercantile Exchange (NYMEX).

«Il ne s'est pas passé grand-chose», a reconnu Bart Melek, de TD Securities. «Le marché est en train d'envisager l'idée que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) va respecter ses engagements sur une baisse de sa production et que le marché va se rééquilibrer au fur et à mesure de 2017.»

L'OPEP a annoncé fin 2016 des accords de réduction de l'offre, non seulement en son sein mais avec d'autres pays comme la Russie, et ils sont entrés en vigueur début janvier.

«Les baisses de la production effectuées en janvier par l'OPEP, ainsi que les producteurs impliqués hors de l'OPEP, sont le principal facteur de soutien aux cours», a écrit Tim Evans, de Citi.

Il remarquait pour autant que les volumes d'échanges étaient limités, ce qui laisse penser que le marché est surtout attentiste.

«On continue à fluctuer dans la fourchette des dernières semaines», la hausse de mardi intervenant après une petite baisse lundi, a renchéri Carl Larry, de Frost & Sullivan.

Les investisseurs ont du mal à se laisser totalement aller à l'enthousiasme car les cours ont déjà nettement monté fin 2016 à la suite de l'annonce des accords de baisses d'offre, et, surtout, parce que ces pactes laissent de la marge à un rebond de la production aux États-Unis, grand absent des négociations.

À ce titre, «on surveille comment se passe la présidence Trump et on attend de voir si la production et la demande américaine vont augmenter», a prévenu M. Larry.

M. Trump s'est engagé à alléger les régulations sur le secteur de l'énergie et a relancé mardi deux projets d'oléoducs controversés qui pourraient soutenir l'activité dans le secteur.