Ce ne serait pas du pétrole, mais bien du gaz naturel qu'on retrouverait en quantité sur l'île d'Anticosti.

Patrice Bergeron LA PRESSE CANADIENNE

Selon les plus récentes études dévoilées par le gouvernement Couillard, le potentiel serait formé à 78% de gaz et à 22% de pétrole.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, soutient qu'il y a encore trop d'enjeux en suspens pour se prononcer maintenant sur l'intérêt ou le potentiel commercial de ces découvertes.

En point de presse à la sortie de la séance du conseil des ministres, mercredi, M. Arcand a fait remarquer que certaines études estiment que les résultats sont bons ou qu'ils vont dans la bonne direction.

Il a par ailleurs rappelé que les modèles d'analyse évoluent constamment, en raison de la fluctuation des prix de l'énergie.

Les documents rendus publics sont une synthèse de l'état des connaissances acquises dans le cadre des travaux liés aux études environnementales stratégiques.

Des consultations publiques suivront en novembre et le gouvernement devrait trancher en 2016.