Source ID:; App Source:

Le pétrole finit à son plus bas depuis mars 2009

Les prix du pétrole ont fini en forte baisse lundi à New York, tombant à des... (Photo Archives AFP)

Agrandir

Photo Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les prix du pétrole ont fini en forte baisse lundi à New York, tombant à des niveaux sans précédent depuis presque six ans, les investisseurs anticipant de nouveaux mois de dégringolade face à une offre surabondante de brut.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février a perdu 2,29 dollars à 46,07 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), terminant à son plus bas niveau en clôture depuis le 11 mars 2009.

«Le marché subit de très fortes pressions» en ce moment, a commenté Phil Flynn, de Price Futures Group.

Dès les échanges électroniques, les cours de la référence américaine de brut ont fortement reculé, plombés par un «environnement baissier sur les prix», a relevé Matt Smith, de Schneider Electric, se référant à la révision en baisse par des banques de leurs anticipations de prix pour cette année.

Très commentées sur le marché, les nouvelles prévisions de la banque d'affaires Goldman Sachs font état d'un WTI à 41 dollars dans trois mois, à 39 dollars dans six mois avant un rebond jusqu'à 65 dollars dans un an, contre respectivement 70 dollars, 75 dollars et 80 dollars estimés auparavant, dans une note.

Pour le Brent de la mer du Nord également, les perspectives étaient maussades, les experts de la banque prévoyant un baril à 42 dollars dans trois mois, à 43 dollars dans six et à 70 dollars l'an prochain, contre 80, 85 et 90 dollars précédemment.

«Il y a peu de raisons qui empêchent les prix du pétrole de chuter davantage», ont commenté les analystes de Morgan Stanley.

De plus, malgré une relative stabilisation lundi, le dollar restait très fort face à un panier de grandes devises mondiales, dont l'euro, ce qui pesait sur les prix des matières premières, rendues moins attractives pour les acheteurs munis d'autres devises.

«On s'inquiète un peu avant les résultats d'entreprises» des majors pétrolières américaines et des sociétés d'exploration aux États-Unis à paraître prochainement, a aussi souligné Phil Flynn.

En effet, «si leurs performances pour le dernier trimestre resteront éventuellement passables, quelles seront les perspectives financières dessinées pour les prochains mois?», s'est-il interrogé.

Le plongeon des cours du brut - qui ont glissé de plus de moitié depuis la mi-juin - handicape l'exploration et la production de pétrole issus des gisements de schiste américains, le coût d'extraction étant nettement plus élevé que pour la production conventionnelle.

Décidée, selon les analystes, à jouer sur cette faiblesse pour garder ses parts de marché face à une explosion de la production américaine ces dernières années, l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) se montre inflexible sur son plafond de production. Il a été maintenu à 30 millions de barils par jour (mbj) lors de sa dernière réunion en novembre.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer