Source ID:; App Source:

Le pétrole new-yorkais en baisse

Le cours du pétrole coté à New York a terminé en baisse vendredi, restant... (Photo archives AFP)

Agrandir

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le cours du pétrole coté à New York a terminé en baisse vendredi, restant soumis à la pression d'une demande faiblissante sur un marché mondial où le brut coule abondamment.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en octobre a perdu 31 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 93,65 dollars.

«C'est la cinquième semaine de suite que le brut enregistre une baisse hebdomadaire», a souligné Bart Melek de TD Securities.

«On a bien enregistré une petite velléité de rebond quand on a appris que les Russes avaient fait entrer leurs camions en Ukraine», a remarqué le spécialiste.

Au bout d'une semaine d'attente, Moscou a unilatéralement décidé d'envoyer en Ukraine les 300 véhicules d'un convoi d'aide humanitaire, une décision qualifiée «d'invasion» par Kiev et dénoncée par l'Union européenne comme une «violation claire» de la frontière.

«Mais la situation ne s'est pas empirée» et les cours du brut y sont finalement restés insensibles, a relevé Bart Melek.

Ainsi, «le marché s'est de nouveau concentré sur la possibilité d'un trop-plein de brut sur le marché mondial», a-t-il avancé.

Une récente salve d'indicateurs reflétant un ralentissement de la croissance mondiale a poussé l'Agence internationale de l'Énergie à baisser ses prévisions de demande de brut pour 2014 et 2015.

Les tensions géopolitiques en Ukraine et en Irak, qui avaient fait monter le baril de WTI mi-juin jusqu'à plus de 107 dollars, n'ont parallèlement pas provoqué jusqu'à présent de perturbations importantes sur le marché de l'énergie.

L'afflux de pétrole supplémentaire en provenance de Libye ces dernières semaines apporte encore un peu plus d'or noir sur un marché déjà largement approvisionné, notamment par le brut américain: selon la fédération professionnelle du secteur API, la production aux États-Unis vient d'enregistrer son meilleur mois de juillet depuis 1986 avec en moyenne l'extraction de 8,5 millions de barils par jour.

Autre donnée pesant sur le prix du brut: le dollar s'est nettement renforcé ces derniers temps, atteignant par exemple vendredi son plus haut en près d'un an face à l'euro. Cela réduit l'attractivité du baril libellé en monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer